Guy Tapie au congrès du Réiactis | 4-6/06/2024 | Montréal

Guy Tapie, Professeur de sociologie et cofondateur du laboratoire PAVE a présenté deux communications lors du congrès international du Réiactis, congrès dédié au vieillissement et ses trajectoires.

> Plus d’infos sur le congrès et le programme ici

> Retrouvez les résumés de ses communications ci-dessous

“Postures habitantes, le vieillissement au pluriel” | 6/06/2024

Notre communication s’appuie sur les résultats d’une recherche menée entre 2016 et 2022 en France. Notre entrée problématique était de caractériser un habité spécifique de la personne vieillissante en supposant que l’âge introduit des caractéristiques distinctives sur l’appropriation des espaces de vie. Nous l’avons fait en croisant sociologie et architecture. Nous avons réalisé des entretiens semi-directifs (150), une analyse de parcours résidentiels ; l’observation du quotidien des habitants. Notre échantillon comprenait cinq structures : des hébergements collectifs médicalisés ; de l’habitat services, privé ou public ; de l’habitat intergénérationnel ; de l’habitat participatif ; le domicile « historique ». Vieillir au pluriel est une évidence au regard du rapport des personnes âgées à leur habitat, des différences entre personnes autonomes et dépendantes, entre générations, en fonction de profils sociaux et du sentiment d’être. La différenciation de postures vis-à-vis du vieillissement montre, malgré une connaissance objective et expériencielle, une faible anticipation de l’adaptation du cadre de vie. Elle souligne aussi l’hétérogénéité des comportements et des stratégies des individus. L’indifférence est une manière de réagir au pied du mur. Le détachement est fréquent. Il traduit une distanciation ontologique vis-à-vis de son avenir envisagé avec pragmatisme, étape par étape, sans ignorer les conséquences du vieillissement. La prévoyance n’est pas la norme, malgré les injonctions à contrôler son avenir, et vise à prévoir et à gérer un confort « augmenté ». L’innovation tranche aussi quand certains n’hésitent pas à révolutionner leur projet de vie et à contester une vie assignée de « vieux ». Le conservatisme est fréquent au regard du vécu capitalisé et du rapport existentiel avec le territoire de vie, ce qui rend le changement difficile.

“L’habitat coopératif un nouveau souffle de l’habitat sénior en France” | 4/06/2024

En France, de nombreux travaux de recherche font apparaître l’importance des conditions matérielles d’existence sur les modes de vie des séniors et sur leurs parcours résidentiels. Partir de l’architecture des espaces de vie et de l’habitat, est une manière d’appréhender ce que vivent ces populations et la façon dont elles se projettent dans le temps. Jusqu’à récemment, trois modèles principaux organisaient le secteur : l’établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes ; les résidences autonomie publiques et privées ; le domicile « historique ». L’habitat participatif / coopératif, redynamise le secteur et met l’usager final au cœur du projet de vie et de la conception d’un lieu original. Le projet d’habitat coopératif, « Boboyaka – La Castagne » à Bègles, en cours, est exemplaire : une résidence de 19 logements, avec des espaces partagés et une crèche, en ville, localisée dans une commune de la métropole bordelaise. L’engagement et l’investissement des futurs occupants, se repèrent dans le montage, la conception et la gestion du futur lieu de vie. Le projet renouvèle l’offre d’habitat ordinaire des séniors, plus nombreux et actifs, en anticipant le vieillissement des occupants. Il traduit l’envie de vivre en harmonie, de retrouver de la solidarité, de créer une communauté résidentielle, d’innover et d’expérimenter des solutions originales d’habitat, d’être une force de changement social. Porte-parole d’un groupe, les personnes âgées, de tels habitants ne veulent pas subir les décisions prises par d’autres, Minoritaire en nombre, ces opérations immobilières subissent plus que d’autres les aléas des contextes de production, de la formulation du projet de vie à la conception du projet architectural en passant par son financement. En termes méthodologique, à partir d’éléments statistiques, nous avons identifié des « filières de production ». Parmi celles-ci, nous avons repéré des opérations de type participatif / coopératif « séniors ». Spécifiquement, pour l’étude de cas « Boboyaka – La Castagne » nous observons le processus de fabrication du projet en adoptant une démarche qualitative (entretiens semi-directif ; observation participante).



Citer ce billet
fger (2024, 11 juin). Guy Tapie au congrès du Réiactis | 4-6/06/2024 | Montréal. Laboratoire PAVE. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sss