Caroline Chabot | soutenance de thèse le 18/12/2018

Caroline Chabot, architecte D.E., soutiendra publiquement sa thèse de doctorat en sociologie à Bordeaux le mardi 18 décembre 2018 à 14h.

Les favelas à l’ombre des méga-événements sportifs internationaux.
Confrontation d’un nouveau type.
Les cas de Rio de Janeiro et Curitiba au Brésil

sous la direction de Guy Tapie (PAVE/CED, ENSAP Bordeaux/Université de Bordeaux) et Cristina de Araujo Lima (UFPR) |
Université de Bordeaux, amphithéâtre Denucé, 3 ter place de la Victoire à Bordeaux.

Composition du jury :
M. Patrice GODIER, Maître de conférence (ENSAPBx – PAVE – CED – Université de Bordeaux), président du jury
M. Manuel APPERT, Maître de conférence, (EVS – Université Lyon 2), rapporteur
M. Guilherme LASSANCE, Professeur associé (CNPq – Université Fédérale de Rio de Janeiro), rapporteur
Mme Alice CORBET, chargée de recherche CNRS, (LAM – Sciences Po Bordeaux), examinatrice
M. Guy TAPIE, Professeur ENSAPBx (PAVE – CED – Université de Bordeaux), Directeur de thèse
Mme Cristina DE ARAUJO LIMA, Professeur (LAHURB – Université Fédérale du Parana), Co-directrice de thèse

Résumé :
La persistance des bidonvilles en milieu urbain est un phénomène présent à l’échelle du globe et particulièrement dans les pays en voie de développement. Elle s’affirme comme un enjeu majeur illustrant aussi bien les inégalités sociales, politiques et environnementale, qu’une certaine non maîtrise de l’urbain par les autorités publiques. Au Brésil, le phénomène prend le nom de favelisation. Synonymes de pauvreté, de plaie urbaine et de violence, les favelas constituent un pan entier de la production urbaine que les politiques publiques et les acteurs privés ne parviennent pas à endiguer ou absorber.
Depuis quelques années, les métropoles émergentes tentent de se distinguer par des événements à portée internationale. C’est le cas de Rio de Janeiro et de Curitiba au Brésil. La première s’inscrit dans l’agenda des méga-événements internationaux (Coupe du Monde de Football 2014, Jeux Olympiques 2016). La deuxième, intégrée dans le projet Coupe du Monde 2014, s’était déjà démarquée en devenant un modèle de développement urbain à l’échelle mondiale. La bonne réception des grands événements sportifs implique dès lors d’importantes transformations des territoires hôtes : constructions de stades, amélioration des infrastructures de transport. Dans ces métropoles où un habitant sur quatre vit dans une favela, la confrontation spatiale entre les deux phénomènes est inévitable. À travers cinq favelas (Vila Autodromo, Vidigal, Morro da Providência, Vila Torres, Vila Parolin) de deux métropoles différentes (Rio de Janeiro et Curitiba), la thèse montre que les interactions entre les favelas et les méga-événements sont protéiformes et dépendent fortement des contextes locaux.
L’approche spatiale, articulée à la sociologie urbaine, offre une nouvelle grille de lecture à la confrontation entre méga-événements et favelas et qualifie les transformations : la favela évincée, la favela mondialisée, la favela trophée, la favela intégrée et la favela ordinaire. Au centre de cette confrontation, trois logiques apparaissent. L’invisibilisation des favelas, visuellement frappante, vise à faire disparaître leur caractère embarrassant ; la logique de transfert évoque des déplacements de population et de modes de vie ; enfin la logique culturelle, spécificité brésilienne, renverse la dichotomie en s’appuyant sur la culture favelada pour promouvoir une certaine image du Brésil. La recherche combine de nombreuses observations et analyses spatiales in situ, une revue de presse (locale et internationale) et des entretiens semi-directifs. Les résultats montrent que la nature des confrontations dépend de la manière dont les méga-événements sont intégrés au développement urbain des métropoles-hôtes. Plus le méga-événement s’adapte au territoire dans une vision à long terme, plus la confrontation avec les favelas mène à leur intégration dans le maillage urbain. À l’inverse, lorsque c’est la ville qui s’adapte au méga-événement et coordonne ses transformations urbaines au calendrier événementiel, la nature des confrontations est plus brutale. Les favelas sont dans ce cadre un perturbateur, mais aussi une opportunité de se distinguer positivement pour les métropoles qui parviennent à en pallier les carences. Elles interrogent profondément les ambitions et les modalités de production de la ville, tant en raison de leur persistance que par leur capacité à se transformer.