JULIE AMBAL | soutenance de thèse le 7 novembre 2019

Félicitations à Julie qui a soutenu, le 7 novembre 2019, sa thèse intitulée :

Projets urbains et imaginaires de la mobilité, les nouveaux récits de la fabrique métropolitaine.
Le cas du mégaprojet Bordeaux Euratlantique
sous la direction de Guy Tapie     

Julie Ambal, paysagiste DPLG, soutiendra publiquement sa thèse de doctorat en sociologie le jeudi 7 novembre 2019 à 14h

La soutenance se déroulera à 14h à l’Université de Bordeaux, amphithéâtre Denucé, 3 ter place de la Victoire à Bordeaux.

Composition du jury :

Mme HERNANDEZ, Frédérique, Professeure des Universités en Aménagement-Urbanisme, Aix-Marseille Université, Rapportrice

M.MATTHEY, Laurent, Professeur des Universités, Université de Genève, Rapporteur

M. PINSON, Gilles, Professeur de science politique, Sciences Po Bordeaux, Examinateur

Mme SALLES, Sylvie, Professeure, École nationale supérieure de paysage de Versailles, Examinatrice

M. TAPIE, Guy, Professeur, École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, Directeur de thèse

Résumé :  

La mobilité des hommes et des femmes est un enjeu majeur de la fabrication des territoires contemporains. Longtemps liée à des questions techniques et à l’efficacité des transports collectifs et individuels, elle devient le socle d’une redéfinition des pratiques sociales et spatiales dans un contexte de métropolisation et de valeurs partagées sur la protection de l’environnement. Dans les politiques publiques locales et les projets urbains, l’organisation de la mobilité, des systèmes techniques et des services, est un élément clé de l’attractivité nationale et internationale des métropoles auprès des populations et des entreprises. Elle est aussi le support significatif de changement au quotidien des modes de vie et des aspirations.

Notre propos est d’interroger la place qu’elle tient dans les imaginaires des projets urbains exprimée en particulier dans leur mise en récit, formulée par les outils du marketing urbain et du storytelling. Notre hypothèse principale est qu’il y a une dialectique entre imaginaires de la mobilité, individuels et collectifs dans les projets urbains ; dialectique qui accompagne l’émergence de nouvelles manières de se déplacer et l’abandon de modèles marqués entre autres par l’usage de l’automobile. La mise en récit innovante et le déploiement des imaginaires, sont saisis au travers d’une étude de cas, le mégaprojet Bordeaux Euratlantique, nouvelle étape de la transformation de la métropole bordelaise. Opération d’Intérêt National, conduite par une maîtrise d’ouvrage ad hoc, elle est un laboratoire expérimental qui préfigure la mobilité de demain et qui en reconfigure les imaginaires. S’y articulent l’idée de vitesse (hypermobilité, connexion, réseau) et de lenteur (proximité et recherche de sobriété énergétique), combinaison soutenue par les experts et une partie des habitants. Le projet révèle aussi des imaginaires individuels, progressivement sédimentés à partir des pratiques et des expériences de chacun, que nous qualifions sous la forme de quatre figures, « opportuniste », « optimisé », « smart », « vertueux » : elles incarnent les tendances contemporaines de la mobilité. Selon nous, l’imbrication de ces imaginaires offre un angle original d’appréhension de la fabrication urbaine en soulignant l’importance des représentations et des discours pour tracer le futur des villes. D’un point méthodologique, notre thèse mobilise une variété de méthodes qualitatives : entretiens collectifs, entretiens individuels, revues de presse, analyse documentaire, figurative et archivistique, observations directes des sites de projet ; participation aux réunions de concertation.