Julie Ambal à la journée d’études Archiséries | 7 mars 2020

Julie Ambal et Florent Favard ont présenté le 7 mars dernier leur publication « New York au prisme des sitcoms américaines : des représentations d’un urbanisme, d’une architecture et des architectes en question » lors de la journée d’études ARCHISERIES, L’architecture et l’architecte dans les séries, Strasbourg, 7 mars 2020. 

Retrouvez-en ici le résumé :

Nous nous proposons d’explorer la représentation de la mégalopole de New York au prisme de deux sitcoms des années 1990 et 2000 : Friends (Fox, 1994-2004) et How I Met Your Mother (CBS,  2005-2014), deux séries liées par un fort réseau intertextuel.
Tournées en studios dans des reproductions des rues de la ville iconique, ces deux sitcoms au succès international participent à
alimenter les représentations d’une mégalopole composée de quartiers-villages où il fait bon vivre, habiter et travailler pour les
jeunes trentenaires hyperurbains que sont les protagonistes. C’est en effet la particularité des sitcoms situées à New York que de
replacer le décor familier du domicile au sein d’une global city (Saskia Sassen, 1991) où les déplacements et lieux visités alimentent intrigues, ambiances et biographies, au gré d’une forme urbaine, de landmarks, d’une architecture archétypale. Là où Friends représentait l’épitomé de la sitcom New-Yorkaise des années 1990 (occultant parfois d’autres productions comme Seinfeld), le choix d’un protagoniste architecte dans How I Met Your Mother nous apparaît métatextuel, renforçant une mise en scène de la ville qui a tout du guide touristique, tout en offrant quelques aperçus parfois stéréotypiques de la vie d’architecte nord-américain. Nous mènerons une analyse socio-urbaine et narratologique en nous interrogeant sur la façon dont How I Met Your Mother, à force de vouloir re-capturer l’essence New Yorkaise de Friends, peine
peut-être à renouveler l’image de la ville en sitcom, face à d’autres productions des années 2000.