découvrez les résultats du projet ADEQWAT

Laura Brown, chercheuse à PAVE, a présenté les résultats du projet ADEQWAT le 4 juin 2020 au conseil scientifique du LyRE (laboratoire R&D Suez Eau France).

Le programme régional de recherche ADEQWAT a réuni une équipe pluridisciplinaire de scientifiques pour réfléchir à l’adéquation entre la « demande » et la « ressource » en eau. Cette présentation retranscrit le travail post-doctoral de sociologie urbaine mené sur le volet « demande » (2018-2020) du projet.

Nous nous sommes intéressés à la façon dont les autorités publiques, exploitants, scientifiques, spécialistes de la planification territoriale mettent à l’agenda de leurs réflexions et de leurs pratiques les changements globaux pour gérer la ressource. Une campagne d’entretiens semi-directifs (35) a éclairé des signaux de mutation en cours tels que le milieu les identifie (développement durable, métropolisation, littoralisation, régulation de la ressource). Ces signaux ont été discutés dans le cadre d’un séminaire prospectif réunissant un échantillon des acteurs locaux de l’eau et de l’aménagement (40), afin de formuler des visions 2050 qui engagent vers des mutations plus fondamentales. Guidés par l’hypothèse que la demande en eau est « territorialisée », nous avons orienté les analyses de stagiaires – urbaniste et géomaticien – vers l’étude de documents d’urbanisme (SCoT) urbains, littoraux, ruraux et vers la constitution d’un modèle multivarié de projection statistiques à l’échelle du Modèle hydrodynamique Nord-Aquitain (MONA).

Quatre scénarios sont finalement proposés pour anticiper le développement des territoires en région, et servent de supports de réflexion pour les futures demandes en eau en région : 1/ naturaliser les villes, le tournant métropolitain ; 2/ restructurer les territoires, le tournant littoral ; 3/ smart et qualité, le tournant technologique ; 4/ connexions et équilibres, le tournant coopératif. Enfin, des enquêtes menées à Los Angeles en Californie et à Hyderabad en Inde éclairent la demande en eau dans des contextes plus extrêmes en termes de réchauffement climatique et démographiques. Une telle confrontation montre le potentiel de mutation du système actuel, son inertie parfois, face principalement aux nouveaux défis environnementaux.