Kent Fitzsimons aux journées d’étude “Bruno Latour et l’architecture” | 10/11/2023

Kent Fitzsimons, MCF et chercheur à PAVE, interviendra lors des journées d’étude “Bruno Latour et l’architecture” qui se tiendront les 9 et 10 novembre 2023. Sa communication intitulée “N’avons-nous jamais eu d’objets ? Ontologie plate, théorie de l’architecture et politique” est prévue pour le vendredi 10 novembre après-midi.

Consultez le programme ici

Thème des journées Bruno Latour :

De l’anthropocène aux controverses, de la modernité à la théorie de l’acteur réseau, comment les architectes se saisissent-ils dans leurs pratiques, leurs enseignements et leurs recherches, des concepts et des outils développés par le sociologue, anthropologue et philosophe des sciences et des techniques Bruno Latour ? Et que nous disent-ils, ces emprunts, sur les architectes et sur l’architecture ? Ces journées d’études visent à explorer les modalités de la mise en œuvre des outils et des concepts  de Bruno Latour en architecture, ainsi qu’à en cartographier et problématiser les effets. Cela, en trois lieux : dans l’agence d’architecture ; dans le laboratoire de recherche en architecture ; dans l’école d’architecture et de paysage.

Résumé de la communication de Kent Ftizsimons :

Que se passe-t-il quand on mobilise l’ontologie plate prônée par la théorie acteur-réseau – en particulier sa suspension de l’opposition binaire sujet/objet – dans la théorie de l’architecture ? Celle-ci s’appuie habituellement sur une distinction nette entre les humains et le « non-humain » que constitue l’environnement bâti par et pour les premiers, surtout lorsqu’il s’agit de comprendre l’incidence de la forme architecturale sur l’activité humaine dans ses dimensions sociale et politique. L’ontologie plate présente deux écueils à cet égard. D’une part, en tendant à fétichiser le bâti en tant qu’actant au même titre que les humains, elle risque de lui attribuer intention et responsabilité tout en en disculpant ses concepteurs et usagers. D’autre part, puisque la symétrie entre humains et non-humains amène à saisir le bâti en tant que « chose en formation » (Latour et Yaneva), un processus jamais achevé, ses qualités formelles reculent constamment devant toute tentative de théoriser leurs contenus sociaux ou politiques. Si « nous n’avons jamais été moderne » (Latour), qu’est-ce que croire que nous n’avons pas d’objets architecturaux permet ou empêche en matière de savoirs sur l’architecture ? 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
fger (7 novembre 2023). Kent Fitzsimons aux journées d’étude “Bruno Latour et l’architecture” | 10/11/2023. Laboratoire PAVE. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/srd5