Tous les articles par fger

Nouvelles lectures PAVE à découvrir en ligne ou à l’ENSAP Bordeaux

Voilà quelques publications récentes des chercheurs de PAVE… vous pouvez les consulter en ligne ou les feuilleter à la médiathèque de l’ENSAP Bordeaux !

sur la baignade urbaine…

Dois-je aussi me mettre nu ?

Démarche, méthode et expérience de terrain dans un travail sur la baignade urbaine à Copenhague

Lisez ici larticle de Clément Brun – doctorant au LACES et à PAVE – portant sur sa recherche doctorale en cours autour de la baignade urbaine.

Sur l’architecture contemporaine remarquable…

LANCEMENT OFFICIEL PREVU EN NOVEMBRE 2024 !

Recueil de travaux d’analyse architecturale sur l’Architecture du XXe siècle et Architecture Contemporaine Remarquable

La référence : pour connaître, reconnaître, inventer

L’ouvrage tiré des enseignements de Caroline Mazel et Loeiz Caradec sur l’architecture du XXe siècle et l’architecture contemporaine remarquable.

Sur la représentation de l’architecture…

Mémoires d’escalier

De D. Tajan. Textes de P. Chemetov, M. Énard, C. Mazel, D. H. Tajan.

“20 dessins-perspectives montés à partir des plans, vingt climats d’architecture dans un réalisme de bande dessinée pour déchiffrer le langage de l’architecture moderne à travers l’œuvre de quinze architectes.”

Clément Brun dans “Géographie et Cultures”

Dois-je aussi me mettre nu ?

Démarche, méthode et expérience de terrain dans un travail sur la baignade urbaine à Copenhague

Découvrez le nouvel article de Clément Brun – doctorant au LACES et à PAVE – portant sur sa recherche doctorale en cours autour de la baignade urbaine.

La recherche de Régis Cortesero et Thomas Kirszbaum en ligne ! | INJEP – Défenseur des Droits

Régis Cortesero (chercheur associé à PAVE) et Thomas Kirszbaum ont remis en 2024 leur rapport de recherche au Défenseur des Droits sur le travail des jeunes dans les Quartiers Prioritaires de la Ville, au prisme du développement de l’uberisation.

Retrouvez le rapport de recherche dans son intégralité, ainsi que la synthèse, ici !

Visionnez la conférence-débat du 23/05/2024 “Accompagner les jeunes : représentations et pratiques des professionnels”

Résumé de la recherche :

Le phénomène d’ubérisation de l’emploi touche les quartiers de la politique de la ville (QPV) davantage que d’autres territoires. Si l’amplitude du phénomène varie selon la configuration socio-urbaine des territoires concernés, on constate une corrélation, à pauvreté et taux de chômage comparables, avec l’importance dans ces quartiers de la population étrangère. De manière générale, les jeunes candidats au travail ubérisé tendent à échapper aux dispositifs d’accompagnement, car ceux-ci, configurés pour l’entrepreneuriat ou le salariat, ne répondent pas nécessairement à leurs besoins ou attentes.

Cette recherche s’intéresse aux effets de la montée en force du travail ubérisé dans les QPV sur les représentations et pratiques des professionnel·les de jeunesse opérant dans les champs de l’insertion et de l’accompagnement vers l’entrepreneuriat.

Quel regard portent-ils/elles sur le phénomène de l’ubérisation ? Comment celui-ci se manifeste-t-il dans leurs activités auprès des jeunes ? Quelles réponses et quelles attitudes appelle-t-il de leur part ? Une nouvelle figuration de l’employabilité des jeunes émerge-t-elle chez les professionnel·les concerné·es ?

Pour répondre à ces questions, la recherche s’appuie sur une revue de littérature, une analyse statistique et des entretiens qualitatifs effectués en Seine-Saint-Denis – en particulier à Aubervilliers et Sevran – ainsi que dans la métropole bordelaise.

L’enquête met en lumière une interaction différente entre les jeunes et les acteur·trices de l’insertion ou de l’entrepreneuriat et montre que la présomption d’inemployabilité qui pèse sur les jeunes des quartiers populaires ne tient pas face à l’ubérisation. Les professionnel·les reconnaissent en effet que les activités déployées nécessitent la mobilisation de toute une série de compétences pratiques, constitutives d’un savoir-être. La reconnaissance de ces compétences, dans les discours des professionnel·les renforce l’hypothèse de l’exclusion d’une partie de la jeunesse par un marché du travail qui, au-delà des qualifications, leur dénie précisément les compétences de savoir-être, et les discrimine sur la base de préjugés et de stéréotypes associés à l’idée de leur trop faible employabilité.

Guy Tapie au congrès du Réiactis | 4-6/06/2024 | Montréal

Guy Tapie, Professeur de sociologie et cofondateur du laboratoire PAVE a présenté deux communications lors du congrès international du Réiactis, congrès dédié au vieillissement et ses trajectoires.

> Plus d’infos sur le congrès et le programme ici

> Retrouvez les résumés de ses communications ci-dessous

“Postures habitantes, le vieillissement au pluriel” | 6/06/2024

Notre communication s’appuie sur les résultats d’une recherche menée entre 2016 et 2022 en France. Notre entrée problématique était de caractériser un habité spécifique de la personne vieillissante en supposant que l’âge introduit des caractéristiques distinctives sur l’appropriation des espaces de vie. Nous l’avons fait en croisant sociologie et architecture. Nous avons réalisé des entretiens semi-directifs (150), une analyse de parcours résidentiels ; l’observation du quotidien des habitants. Notre échantillon comprenait cinq structures : des hébergements collectifs médicalisés ; de l’habitat services, privé ou public ; de l’habitat intergénérationnel ; de l’habitat participatif ; le domicile « historique ». Vieillir au pluriel est une évidence au regard du rapport des personnes âgées à leur habitat, des différences entre personnes autonomes et dépendantes, entre générations, en fonction de profils sociaux et du sentiment d’être. La différenciation de postures vis-à-vis du vieillissement montre, malgré une connaissance objective et expériencielle, une faible anticipation de l’adaptation du cadre de vie. Elle souligne aussi l’hétérogénéité des comportements et des stratégies des individus. L’indifférence est une manière de réagir au pied du mur. Le détachement est fréquent. Il traduit une distanciation ontologique vis-à-vis de son avenir envisagé avec pragmatisme, étape par étape, sans ignorer les conséquences du vieillissement. La prévoyance n’est pas la norme, malgré les injonctions à contrôler son avenir, et vise à prévoir et à gérer un confort « augmenté ». L’innovation tranche aussi quand certains n’hésitent pas à révolutionner leur projet de vie et à contester une vie assignée de « vieux ». Le conservatisme est fréquent au regard du vécu capitalisé et du rapport existentiel avec le territoire de vie, ce qui rend le changement difficile.

“L’habitat coopératif un nouveau souffle de l’habitat sénior en France” | 4/06/2024

En France, de nombreux travaux de recherche font apparaître l’importance des conditions matérielles d’existence sur les modes de vie des séniors et sur leurs parcours résidentiels. Partir de l’architecture des espaces de vie et de l’habitat, est une manière d’appréhender ce que vivent ces populations et la façon dont elles se projettent dans le temps. Jusqu’à récemment, trois modèles principaux organisaient le secteur : l’établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes ; les résidences autonomie publiques et privées ; le domicile « historique ». L’habitat participatif / coopératif, redynamise le secteur et met l’usager final au cœur du projet de vie et de la conception d’un lieu original. Le projet d’habitat coopératif, « Boboyaka – La Castagne » à Bègles, en cours, est exemplaire : une résidence de 19 logements, avec des espaces partagés et une crèche, en ville, localisée dans une commune de la métropole bordelaise. L’engagement et l’investissement des futurs occupants, se repèrent dans le montage, la conception et la gestion du futur lieu de vie. Le projet renouvèle l’offre d’habitat ordinaire des séniors, plus nombreux et actifs, en anticipant le vieillissement des occupants. Il traduit l’envie de vivre en harmonie, de retrouver de la solidarité, de créer une communauté résidentielle, d’innover et d’expérimenter des solutions originales d’habitat, d’être une force de changement social. Porte-parole d’un groupe, les personnes âgées, de tels habitants ne veulent pas subir les décisions prises par d’autres, Minoritaire en nombre, ces opérations immobilières subissent plus que d’autres les aléas des contextes de production, de la formulation du projet de vie à la conception du projet architectural en passant par son financement. En termes méthodologique, à partir d’éléments statistiques, nous avons identifié des « filières de production ». Parmi celles-ci, nous avons repéré des opérations de type participatif / coopératif « séniors ». Spécifiquement, pour l’étude de cas « Boboyaka – La Castagne » nous observons le processus de fabrication du projet en adoptant une démarche qualitative (entretiens semi-directif ; observation participante).

PAVE à Liège | groupe contact FNRS “architecture et sciences sociales” | 29-31/05/2024

Cette année, les journées détude du groupe contact du FNRS “architecture et sciences sociales” se sont déroulées à l’Université de Liège, au sein de la faculté d’architecture. Le groupe contact, qui réunit des chercheurs de plusieurs laboratoires belges et français (dont PAVE), s’est interrogé sur la notion de “régénération” autour de plusieurs communications, sconférences et présentations avec visite de terrain.

l’écocitoyen, grand sauveur de l’environnement ? | séminaire doctoral | 15/05/2024 à 9h

Vous êtes cordialement invités au prochain séminaire doctoral de PAVE organisé par Maxence Mautray (doctorant CIFRE au SMICVAL). Ce séminaire intitulé “L’écocitoyen, grand sauveur de l’environnement ? Approches sociologiques de la fabrique et l’appropriation conflictuelles des récits écologiques contemporains” se tiendra à l’ENSAP Bordeaux – amphi 2 – le mercredi 15 mai 2024 de 9h à 13h

inscriptions (participation en distanciel et sur place) :

https://framaforms.org/seminaire-doctoral-15-mai-2024-ensap-bordeaux-amphi-2-9h-a-13h-1714148015

cliquez ici pour rejoindre le séminaire en visio

Continuer la lecture de l’écocitoyen, grand sauveur de l’environnement ? | séminaire doctoral | 15/05/2024 à 9h

“renaître de ses cendres” | conférence d’Arthur Guérin | 17/04/2024

Arthur Guérin, doctorant et responsable de la recherche en cours intitulée “Habiter les cendres”, présentera des éléments de son travail et certains résultats dans le cadre d’une conférence organisée par le laboratoire PAVE. Cette recherche-action à laquelle participe Eric Chauvier (Professeur et enseignant-chercheur à PAVE), porte sur cinq communes du sud-ouest ayant été fortement touchées par les incendies de l’été 2022, entre gestion du foncier forestier, anticipation des risques et vécu des habitants.

Nous vous y attendons nombreux, ce mercredi 17 avril, en amphi 2 de l’ENSAPBx.

> un article de presse pour en savoir plus

Continuer la lecture de “renaître de ses cendres” | conférence d’Arthur Guérin | 17/04/2024

“Faire la transition dans son salon” | nouvelle recherche disponible en ligne !

La recherche Faire la transition dans son salon. La transformation du logement et ses contraintes s’est achevée en décembre 2023.

Ce travail exploratoire mené sur un an par des chercheuses de PAVE et de l’ESPI2R (resp. scientifique : Fanny Gerbeaud) a été financé par Leroy Merlin Source.

L’enquête, menée auprès d’une trentaine de foyers de l’agglomération bordelaise et parisienne et d’une dizaine d’experts de la construction et de la rénovation durable du logement, visait à comprendre les motivations, les contraintes et les modalités de la transformation du logement chez des habitants engagés dans les questions de durabilité et de transition écologique. Le travail laisse une large place aux croquis analytiques (relevés, photographies) et des planches graphiques mettent en évidence quatre grandes attitudes face à la rénovation du logement chez les foyers enquêtés.

Retrouvez en cliquant sur ce lien la synthèse et le rapport de recherche dans son intégralité. Nous vous en souhaitons bonne lecture !

chercheuses : Myriame Ali-Oualla, Laura Brown, Fanny Gerbeaud, Louise Jammet, Amandine Mille, Zoé Vandenberg

Olivier Chadoin à Cap Sciences | Happy Hour #4 | 11/04/2024

Le 11 avril prochain, Olivier Chadoin participera à l’Happy Hour #4 de Cap Sciences diédié au choix du lieu de vie pour “vivre mieux”.

> Suivez la conférence en direct la chaîne YouTube et la page Facebook de Cap Sciences (Le replay sera disponible sur YouTube).

> Inscriptions ici (évènement gratuit)

Pollution, travail, relations sociales : où habiter pour mieux vivre ?

la rencontre à regarder en ligne plus bas ! (scroll)

Happy Hour #4 – Saison 6

N’avez-vous pas, dans votre entourage, plusieurs personnes qui, assez souvent, répètent qu’elles ont envie de partir vivre ailleurs ?

Le lieu de vie devient aussi, si ce n’est plus important, que le travail. Et avec les changements climatiques, nous ne sommes qu’au début du phénomène. Alors qui part d’ores et déjà des villes et pourquoi ? Quels territoires gagnent vraiment des habitants et surtout, existe-t-il un endroit idyllique pour vivre ?

Invités :

  • Lise Bourdeau-Lepage : Professeure de géographie à l’université Lyon 3. Docteure en économie et Chercheure à l’UMR Environnement, Ville, Société. Ses travaux actuels, dans une optique pluridisciplinaire, portent sur la place de la nature en ville, la mesure du bien-être des individus, l’attractivité territoriale et les inégalités socio-spatiales.Elle a publié plusieurs ouvrages dont « Evaluer le bien-être sur un territoire » et « Nature en ville : désirs et controverses. »
  • Olivier Chadoin : Professeur de sociologie à l’ENSAP Bordeaux, Directeur du laboratoire PAVE et membre du Centre Emile Durkheim (CNRS 5116). Ses travaux portent sur la ville et l’architecture et leurs systèmes de production. Il saisit l’univers de la production architecturale et urbaine et ses agents comme un champ de production spécifique et l’architecture comme une manifestation matérielle et symbolique pris dans les jeux et enjeux du monde social, dont la domination symbolique est une dimension.

Olivier Chadoin à l’université de Liège | 6/03/2024

Olivier Chadoin participe à une table ronde intitulée Vers une éthique architecturale ?le 5 mars après-midi, avec Nik Luka (McGill Unviersity) et Luc Levesque (ULaval) autour de propositions de Chiara Caravello (ULiège), Pierre Bouilhol (Paris la Villette/ULB) et Pavel Kunysz (ULiège), à l’université de Liège.

Ce séminaire se tient en lien avec la soutenance de thèse de Pavel Kunysz – “L’existence en friche. Enquêtes sur les imaginaires sociaux de lieux délaissés et les pratiques de leurs enchantements” pour laquelle Olivier Chadoin est membre du jury. Découvrez en parallèle l’exposition L’existence en friche, visible jusqu’au 13 mars, autour du travail de thèse et d’ethnographie sensible sur les récits de lieux (Bavière, Liège ; Champ des Possibles, Montréal) de Pavel Kunysz.

+ d’info ici

Continuer la lecture de Olivier Chadoin à l’université de Liège | 6/03/2024

La ville est une fête | le nouveau CAMBO #24 est paru

Retrouvez le nouveau numéro de la revue CaMBo dédié à la fête dans la ville. Le numéro est en téléchargement en suivant ce lien, et son dossier a été coordonné par Patrice Godier (chercheur à PAVE), Guillaume Bernard et Emmanuelle Gaillard.

Nous vous en souhaitons bonne lecture !

L’humeur des Français serait au désamour des villes, métropoles en tête, accusées d’être le siège de tous les maux contemporains en matière de nuisances environnementales, de prédation des ressources et de déséquilibre territorial, d’inégalités sociales, d’insécurité… Articles, enquêtes et autres sondages « à charge » se sont enchaînés en 2023.
Il faut dire que la crise sanitaire est passée par là : elle a mis en exergue l’exiguïté des logements, la promiscuité parfois, mais aussi l’insuffisance d’espaces de nature dont souffrent les citadins, et a largement contribué à dégrader l’image des villes. Avec le développement du télétravail, certains d’entre eux ont trouvé l’opportunité pour rompre avec cette ville devenue invivable.
La réalité de ce désamour reste à étayer. En premier lieu, cette histoire d’amour entre les Français et les villes a-t-elle existé un jour ? Avec l’urbanisation contemporaine, les populations sont parties dans les villes pour travailler, échanger, étudier, accéder aux services et aux ressources qu’elles proposaient. La migration vers la ville s’est imposée comme une opportunité, souvent comme une nécessité. Certes, la ville a aussi répondu au désir d’ouverture sur le monde, à l’envie d’émancipation, elle a offert la possibilité de se fondre dans la foule des anonymes ou de faire des rencontres ; une ville à la fois lieu d’initiation et terrain de construction de parcours de vies. Mais peut-on pour autant parler d’amour des villes ? Peut-être pour le touriste urbain qui la fréquente fugacement ; sans doute pour l’architecte dont c’est le lieu d’expression ; pour le cinéaste aussi, à l’image du Marseille de Guédiguian, du Paris de Truffaut, de la Rome de Fellini, du Berlin de Wenders ou du New-York de Woody Allen. Autant de déclarations d’amour à « leur » ville !

Du désamour à la séparation, de la désaffection à la défection, il n’y aurait qu’un pas. Depuis quelque temps une petite musique s’installe : les Français quitteraient la ville pour refaire leur vie ailleurs, idéalement « au vert ». Pourtant, observateurs et chercheurs ont démontré que l’exode urbain n’a pas eu lieu. Les phénomènes en cours – la périurbanisation, la littoralisation… et l’attractivité des pôles urbains – ne relèvent pas d’une rupture mais renforcent les tendances préexistantes.

Car, quoi qu’on en dise, la ville possède des atouts, qui sont aussi des vertus en période d’impérative sobriété. Comme l’explique Franck Boutté, grand prix de l’urbanisme 2022, le sens de la ville c’est la mise en commun, le partage des ressources, des infrastructures et des services, et la mutualisation des usages.

Surtout, la ville reste le creuset des idées et des cultures. Elle offre densité relationnelle et intensité émotionnelle comme le montre ce dossier sur la fête. Expérience à l’unisson, moment de fusion et d’effusion, parenthèse personnelle enchantée ou promesse collective de jours meilleurs, célébration d’identités locales ou de valeurs universelles, la fête nous réconcilie avec les autres, et avec la ville. Parce que la ville est une fête !

Eric Chauvier membre du jury de thèse de GREGORY EPAUD

Eric Chauvier participera au jury de thèse de Gregory Epaud, doctorant à l’UMR Passages.

La thèse s’intitule “LE PROJET DE PAYSAGE COMME COSMOPOLITIQUES TERRESTRES. Retours d’expériences et perspectives mésologiques à partir de la mise en place d’une Coopérative habitante de paysage en Haute Gironde (Nouvelle-Aquitaine, France)”

Pour y assister, rdv à la Maison des Suds (Université de Bordeaux), le 7 février 2024 à 14h

SEMINAIRE DOCTORAL “FAIRE LIEU AUTREMENT” | 20/02/2024 | ENSAP Bordeaux

Nous avons le plaisir de vous convier au prochain séminaire doctoral PAVE qui se tiendra le mardi 20 février 2024 à partir de 9h en maphi 2 de l’ENSAP Bordeaux.

Ce séminaire doctoral est organisé par Camille Breton dans le cadre de sa thèse portant sur les tiers-lieux ruraux en Nouvelle-Aquitaine. La rencontre intitulée “Faire lieu autrement. Une exploration spatiale multi-scalaire de la configuration en tiers-lieu” laissera une large place aux échanges.

inscription (nécessaire) et lien zoom pour y assister à distance : camille.breton@bordeaux.archi.fr ou flachez le QR Code ci-dessous

Résumé :

Si la dimension politique des tiers-lieux – le « tiers » – est bien documentée dans la littérature scientifique, la dimension spatiale – le « lieu » – reste parfois en dehors du champ d’analyse. Ce séminaire a pour ambition de questionner ce qui fait « lieu » à travers plusieurs échelles et d’analyser comment les contraintes spatiales fragilisent, questionnent ou renforcent les collectifs fondateurs et les valeurs singulières de chaque expérience « tiers-lieu ».
La journée débutera par une compréhension du tiers-lieu dans sa dimension locale et territoriale à travers deux pratiques de recherche. C’est ensuite l’approche architecturale et la pratique du métier d’architecte qui seront interrogées par le prisme des tiers-lieux. Enfin, des acteurs du territoire néo-aquitain transformeront ce séminaire en table ronde autour de problématiques architecturales concrètes.
Ce séminaire doctoral prend place dans le déroulement d’une thèse en sociologie menée par Camille Breton au sein du laboratoire PAVE à l’ENSAP Bordeaux, dont l’objet porte sur les tiers-lieux ruraux. Dans la logique d’une pratique collaborative inspirée par l’esprit des tiers-lieux, Camille Breton propose à Céline De Mil, doctorante CIFRE chez Encore Heureux architectes, de co-construire le sujet de ce séminaire en focalisant sur la dimension spatiale.