Archives de catégorie : Billets

l’écocitoyen, grand sauveur de l’environnement ? | séminaire doctoral | 15/05/2024 à 9h

Vous êtes cordialement invités au prochain séminaire doctoral de PAVE organisé par Maxence Mautray (doctorant CIFRE au SMICVAL). Ce séminaire intitulé “L’écocitoyen, grand sauveur de l’environnement ? Approches sociologiques de la fabrique et l’appropriation conflictuelles des récits écologiques contemporains” se tiendra à l’ENSAP Bordeaux – amphi 2 – le mercredi 15 mai 2024 de 9h à 13h

inscriptions (participation en distanciel et sur place) :

https://framaforms.org/seminaire-doctoral-15-mai-2024-ensap-bordeaux-amphi-2-9h-a-13h-1714148015

cliquez ici pour rejoindre le séminaire en visio

Résumé :

Le changement climatique, désormais omniprésent dans le débat public
(Boy, 2009) et le champ politique (Lascoumes, 2022), fait l’objet d’une
mise en récit concurrentielle quant à sa problématisation et aux solutions pour l’endiguer. Le récit dominant, renvoyant à la figure de l’écocitoyen, se pose comme universel et dépolitisé (Comby, 2014) et se caractérise par une myriade d’injonctions au changement de pratiques
quotidiennes, à l’échelle individuelle. Il apparaît pourtant que les plus
démunies ne sont rien dénuées de considérations pour la question environnementale (Malier, 2022).


Si la classe sociale est ainsi un fort déterminant dans la définition et l’appropriation de ces récits, les études sociologiques situées mettent en
lumière d’autres logiques à l’oeuvre, conditionnées par les expériences
des individus et leurs cadres de vie. Ce séminaire, à travers la présentation de recherches doctorales en cours, vise à donc exposer et interroger ces logiques : à l’échelle collective, comment se construisent ces récits et en quoi cette lutte définitionnelle vient-elle interroger les structures sociales et économiques préexistantes ? Comme ces récits se diffusent- ils entre institutions et individus ? Quels sont les déterminants à leur appropriation ? Il ambitionne aussi d’interroger les outils théoriques et méthodologiques pertinents pour saisir le rapport qu’entretiennent institutions et individus aux enjeux écologiques.


La première session investira cette question à l’échelle institutionnelle.
Antoine Bouzin s’intéressera à la méthanisation saisie comme un champ
émergent, organisé par des rapports de forces, des luttes et des alliances, entre deux champs économiques déjà structurés : l’agriculture et l’énergie. Puis, Agossè Nadège Degbelo traitera de l’inégale liberté de parole de viticulteurs et de carottiers en contexte d’exposition aux pesticides.
La seconde session nous permettra de progressivement descendre à
l’échelle microsociologique. Laurent Vasquez présentera la construction
d’un objet à la jonction entre les services de gestion des déchets et les
habitants : la sensibilisation. Maxence Mautray poursuivra en traitant de
la réception d’une politique zero waste par les ménages précaires résidents dans un territoire rural. Enfin Mody Diaw abordera les disparités d’exposition chez les ouvriers de la bauxite à Gardanne et de leurs positionnements différenciés face aux enjeux environnementaux et sanitaires associés à la production de l’alumine.

“Faire la transition dans son salon” | nouvelle recherche disponible en ligne !

La recherche Faire la transition dans son salon. La transformation du logement et ses contraintes s’est achevée en décembre 2023.

Ce travail exploratoire mené sur un an par des chercheuses de PAVE et de l’ESPI2R (resp. scientifique : Fanny Gerbeaud) a été financé par Leroy Merlin Source.

L’enquête, menée auprès d’une trentaine de foyers de l’agglomération bordelaise et parisienne et d’une dizaine d’experts de la construction et de la rénovation durable du logement, visait à comprendre les motivations, les contraintes et les modalités de la transformation du logement chez des habitants engagés dans les questions de durabilité et de transition écologique. Le travail laisse une large place aux croquis analytiques (relevés, photographies) et des planches graphiques mettent en évidence quatre grandes attitudes face à la rénovation du logement chez les foyers enquêtés.

Retrouvez en cliquant sur ce lien la synthèse et le rapport de recherche dans son intégralité. Nous vous en souhaitons bonne lecture !

chercheuses : Myriame Ali-Oualla, Laura Brown, Fanny Gerbeaud, Louise Jammet, Amandine Mille, Zoé Vandenberg

Olivier Chadoin à Cap Sciences | Happy Hour #4 | 11/04/2024

Le 11 avril prochain, Olivier Chadoin participera à l’Happy Hour #4 de Cap Sciences diédié au choix du lieu de vie pour “vivre mieux”.

> Suivez la conférence en direct la chaîne YouTube et la page Facebook de Cap Sciences (Le replay sera disponible sur YouTube).

> Inscriptions ici (évènement gratuit)

Pollution, travail, relations sociales : où habiter pour mieux vivre ?

la rencontre à regarder en ligne plus bas ! (scroll)

Happy Hour #4 – Saison 6

N’avez-vous pas, dans votre entourage, plusieurs personnes qui, assez souvent, répètent qu’elles ont envie de partir vivre ailleurs ?

Le lieu de vie devient aussi, si ce n’est plus important, que le travail. Et avec les changements climatiques, nous ne sommes qu’au début du phénomène. Alors qui part d’ores et déjà des villes et pourquoi ? Quels territoires gagnent vraiment des habitants et surtout, existe-t-il un endroit idyllique pour vivre ?

Invités :

  • Lise Bourdeau-Lepage : Professeure de géographie à l’université Lyon 3. Docteure en économie et Chercheure à l’UMR Environnement, Ville, Société. Ses travaux actuels, dans une optique pluridisciplinaire, portent sur la place de la nature en ville, la mesure du bien-être des individus, l’attractivité territoriale et les inégalités socio-spatiales.Elle a publié plusieurs ouvrages dont « Evaluer le bien-être sur un territoire » et « Nature en ville : désirs et controverses. »
  • Olivier Chadoin : Professeur de sociologie à l’ENSAP Bordeaux, Directeur du laboratoire PAVE et membre du Centre Emile Durkheim (CNRS 5116). Ses travaux portent sur la ville et l’architecture et leurs systèmes de production. Il saisit l’univers de la production architecturale et urbaine et ses agents comme un champ de production spécifique et l’architecture comme une manifestation matérielle et symbolique pris dans les jeux et enjeux du monde social, dont la domination symbolique est une dimension.

Olivier Chadoin à l’université de Liège | 6/03/2024

Olivier Chadoin participe à une table ronde intitulée Vers une éthique architecturale ?le 5 mars après-midi, avec Nik Luka (McGill Unviersity) et Luc Levesque (ULaval) autour de propositions de Chiara Caravello (ULiège), Pierre Bouilhol (Paris la Villette/ULB) et Pavel Kunysz (ULiège), à l’université de Liège.

Ce séminaire se tient en lien avec la soutenance de thèse de Pavel Kunysz – “L’existence en friche. Enquêtes sur les imaginaires sociaux de lieux délaissés et les pratiques de leurs enchantements” pour laquelle Olivier Chadoin est membre du jury. Découvrez en parallèle l’exposition L’existence en friche, visible jusqu’au 13 mars, autour du travail de thèse et d’ethnographie sensible sur les récits de lieux (Bavière, Liège ; Champ des Possibles, Montréal) de Pavel Kunysz.

+ d’info ici

Continuer la lecture de Olivier Chadoin à l’université de Liège | 6/03/2024

La ville est une fête | le nouveau CAMBO #24 est paru

Retrouvez le nouveau numéro de la revue CaMBo dédié à la fête dans la ville. Le numéro est en téléchargement en suivant ce lien, et son dossier a été coordonné par Patrice Godier (chercheur à PAVE), Guillaume Bernard et Emmanuelle Gaillard.

Nous vous en souhaitons bonne lecture !

L’humeur des Français serait au désamour des villes, métropoles en tête, accusées d’être le siège de tous les maux contemporains en matière de nuisances environnementales, de prédation des ressources et de déséquilibre territorial, d’inégalités sociales, d’insécurité… Articles, enquêtes et autres sondages « à charge » se sont enchaînés en 2023.
Il faut dire que la crise sanitaire est passée par là : elle a mis en exergue l’exiguïté des logements, la promiscuité parfois, mais aussi l’insuffisance d’espaces de nature dont souffrent les citadins, et a largement contribué à dégrader l’image des villes. Avec le développement du télétravail, certains d’entre eux ont trouvé l’opportunité pour rompre avec cette ville devenue invivable.
La réalité de ce désamour reste à étayer. En premier lieu, cette histoire d’amour entre les Français et les villes a-t-elle existé un jour ? Avec l’urbanisation contemporaine, les populations sont parties dans les villes pour travailler, échanger, étudier, accéder aux services et aux ressources qu’elles proposaient. La migration vers la ville s’est imposée comme une opportunité, souvent comme une nécessité. Certes, la ville a aussi répondu au désir d’ouverture sur le monde, à l’envie d’émancipation, elle a offert la possibilité de se fondre dans la foule des anonymes ou de faire des rencontres ; une ville à la fois lieu d’initiation et terrain de construction de parcours de vies. Mais peut-on pour autant parler d’amour des villes ? Peut-être pour le touriste urbain qui la fréquente fugacement ; sans doute pour l’architecte dont c’est le lieu d’expression ; pour le cinéaste aussi, à l’image du Marseille de Guédiguian, du Paris de Truffaut, de la Rome de Fellini, du Berlin de Wenders ou du New-York de Woody Allen. Autant de déclarations d’amour à « leur » ville !

Du désamour à la séparation, de la désaffection à la défection, il n’y aurait qu’un pas. Depuis quelque temps une petite musique s’installe : les Français quitteraient la ville pour refaire leur vie ailleurs, idéalement « au vert ». Pourtant, observateurs et chercheurs ont démontré que l’exode urbain n’a pas eu lieu. Les phénomènes en cours – la périurbanisation, la littoralisation… et l’attractivité des pôles urbains – ne relèvent pas d’une rupture mais renforcent les tendances préexistantes.

Car, quoi qu’on en dise, la ville possède des atouts, qui sont aussi des vertus en période d’impérative sobriété. Comme l’explique Franck Boutté, grand prix de l’urbanisme 2022, le sens de la ville c’est la mise en commun, le partage des ressources, des infrastructures et des services, et la mutualisation des usages.

Surtout, la ville reste le creuset des idées et des cultures. Elle offre densité relationnelle et intensité émotionnelle comme le montre ce dossier sur la fête. Expérience à l’unisson, moment de fusion et d’effusion, parenthèse personnelle enchantée ou promesse collective de jours meilleurs, célébration d’identités locales ou de valeurs universelles, la fête nous réconcilie avec les autres, et avec la ville. Parce que la ville est une fête !

Eric Chauvier membre du jury de thèse de GREGORY EPAUD

Eric Chauvier participera au jury de thèse de Gregory Epaud, doctorant à l’UMR Passages.

La thèse s’intitule “LE PROJET DE PAYSAGE COMME COSMOPOLITIQUES TERRESTRES. Retours d’expériences et perspectives mésologiques à partir de la mise en place d’une Coopérative habitante de paysage en Haute Gironde (Nouvelle-Aquitaine, France)”

Pour y assister, rdv à la Maison des Suds (Université de Bordeaux), le 7 février 2024 à 14h

“Faire la transition dans son salon” | Soirée présentation et échanges |7/12/2023

Retrouvez les chercheuse de l’enquête “Faire la transition dans son salon” lors d’une soirée d’échanges à Alter Echo ce jeudi 7 décembre dès 20h.

La présentation reviendra sur quelques grands résultats de ce travail exploratoire qui portait sur la mise en transition du logement chez des foyers de l’agglomération bordelaise et parisienne.

Continuer la lecture de “Faire la transition dans son salon” | Soirée présentation et échanges |7/12/2023

Eric Chauvier aux états généraux de la critique de projets d’espaces publics | 21-22/11/2023

Les Etats Généraux de la critique des projets d’espaces publics se tiendront cette année les 21 et 22 novembre. Ces journées, organisées par l’Ecole de la Nature et du Paysage et l’INSA Centre Val de Loire, par le réseau critique et projet de paysage, visent “la visée de la critique, aussi bien pour la démarche de projet
que pour son enseignement et sa diffusion élargie.”

Dans ce cadre, Eric Chauvier, professeur HDR qui a récemment rejoint le laboratoire PAVE, interviendra le 21 novembre autour de la notion de “paysage critique”.

+ d’info et programme des journées ici

Continuer la lecture de Eric Chauvier aux états généraux de la critique de projets d’espaces publics | 21-22/11/2023

Kent Fitzsimons aux journées d’étude “Bruno Latour et l’architecture” | 10/11/2023

Kent Fitzsimons, MCF et chercheur à PAVE, interviendra lors des journées d’étude “Bruno Latour et l’architecture” qui se tiendront les 9 et 10 novembre 2023. Sa communication intitulée “N’avons-nous jamais eu d’objets ? Ontologie plate, théorie de l’architecture et politique” est prévue pour le vendredi 10 novembre après-midi.

Consultez le programme ici

Continuer la lecture de Kent Fitzsimons aux journées d’étude “Bruno Latour et l’architecture” | 10/11/2023

Conférence de Farah Kefif sur le patrimoine du XXe siècle à Oran | 27/09/2023

Le Laboratoire PAVE accueille en ce moment Farah Kefif*, architecte et doctorante à l’Université d’Oran, autour de sa recherche doctorale sur l’héritage patrimonial du XXe siècle dans la ville d’Oran.

Dans ce cadre, elle présentera son travail le 27/09/2023 à l’ENSAP Bordeaux, rencontre qui s’ensuivra d’échanges-questions avec la salle. Venez nombreux assister à cet évènement !

*Architecte diplômée à la faculté d’Architecture et de Génie Civil d’Oran, université USTO-MB, chercheure Spécialisée dans l’habitat des Grands ensembles des années 1950 et le Patrimoine architectural affiliée au
laboratoire de recherche LAMAUS sous la direction De Malek Hendel.

Fabien Reix et Myriame Ali-Oualla à la conférence “Chercher hors des mots” | 30/11-1er/12/2023

Fabien Reix et Myriame Ali-Oualla, respectivement chercheur et chercheuse associée à PAVE, participeront à la conférence internationale “Chercher hors des mots. La recherche à l’épreuve du dessin en architecture” autour de leurs travaux de recherche portant sur les méthodes visuelles dans la recherche en sciences sociales et architecture. Ils interviendront le 1er décembre après-midi.

> plus d’info et programme de la conférence internationale ici.

> le site du colloque est accessible ici.

Ce colloque centré sur les productions hors des mots des chercheurs propose d’interroger plus particulièrement les représentations visuelles dessinées en situation de recherche. En considérant les modes de fabrication des dessins, les méthodes dans lesquelles ils s’inscrivent et les outils qu’ils mobilisent, nous souhaitons ouvrir des questionnements épistémologiques sur la recherche en architecture et sur ce que l’on pourrait nommer la « recherche par le dessin ».

Une exposition associée au colloque aura également lieu du 30 novembre au 21 décembre 2023 à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon. Elle regroupera une sélection de dessins remarquables qui participent à des recherches en lien avec les questionnements ouverts par le colloque.

Conférenciers invités : Ray Lucas // Penelope Haralambidou

Intervenants : Myriame Alioualla // Antoine Apruzzese // Kirsty Badenoch // Sebastian Bang Jacob // Victor Cano-Ciborro // Aysegul Cankat // Lucile Cornet Richard // Ying-Lan Dann // Eva Demuynck // Sabine Ehrmann // Judit Ferencz /// Eugénie Floret // Andreea Grigorovschi // Wouter Hilhorst // Marion Howa // Éric Le Coguiec // Christel Marchiaro // Mathieu Mercuria // Claire Miege // Enrico Miglietta // Francois Nowakowski // Claire Petetin // Virginie Pigeon // Fabien Reix // Anne Romme // Saskia Schut // Eline Van Leeuwen // Liselotte Vroman // Emily White

Auteurs exposés : Konstantinos  Avramidis // Mandana Bafghinia // Yves Bélorgey // Melike Besik // Mounia Bouali // Pierre Bouilhol // Olivier Bourez // Luis Burriel-Bielza // Matthew Butcher // Florent Clier // Hélène Coussedière // Joris Ephraim // Nikolas Fouré // Alfonso Giancotti // Maylis Leuret // Fiona Lim Tung // Mohammad Moezzi //  Chéhrazade Nafa // Cosmin Popan // Ella Piecoup // Marie-Anne Poully // Xiang Ren // Angeliki Sakellariou // Shetty Shonali //  Harry Thompson // Bastien Ung

Fanny Gerbeaud au symposium international de l’ICOMOS | 1-8/09/2023

Dans le cadre des travaux menés au laboratoire PAVE sur l’architecture du XXe siècle et la durabilité pour la recherche redivivus, Fanny Gerbeaud présentera un poster lors du symposium scientifique de l’ICOMOS à Sydney en septembre 2023. L’évènement s’inscrit dans celui, plus large, de l’assemblée générale de l’ICOMOS.

Le poster et les communications s’inscrivent dans le thème “Patrimoine et changements : résilience – responsabilité – droits – relations”

Pour consulter le programme du symposium, cliquez ici.

L’ICOMOS (Conseil international des monuments et des sites) est une organisation internationale de professionnels du patrimoine culturel, qui œuvre à la conservation et à la protection des sites du patrimoine culturel.