Archives de catégorie : habitat et vieillissement

Maël Gauneau au symposium de l’ILVV | 27/06/2022

Maël Gauneau, doctorant à PAVE et au Centre Emile Durkheim, communiquera dans le cadre du symposium de l’ILVV (Institut de la Longévité, de la Vieillesse et des vieillissement) autour de sa recherche doctorale. Il présentera son travail le 27/06/2022 dès 15h dans le cadre de la thématique 2 du symposium “Parcours de vie au fil du vieillissement : déterminants, recomposition et complexification”, lors de la table-ronde “Fabriquer ses conditions de vie à la retraite”, coordonnée par Carole Bonnet (Ined) et Aline Chamahian (U. de Lille).

Les objectifs du symposium de l’ILVV font écho aux 4 missions de l’institut : CONNAÎTRE, FAIRE CONNAÎTRE, PARTAGER, FAIRE DIALOGUER les travaux en sciences humaines et sociales sur la longévité, les vieillesses et le vieillissement. Le symposium s’adresse aux acteurs et actrices de la recherche et s’organise autour de :  Dix tables rondes pour un état des lieux des recherches • Deux débats pour croiser les regards  Des moments d’échanges sur les enjeux et défis. Le symposium donne la parole à une cinquantaine d’intervenant·e·s issues de disciplines variées.

> Pour vous inscrire : contactez-nous à l’adresse info@ilvv.fr

• Lieu : Le FIAP, 30 Rue Cabanis, 75014 Paris

Communicants de la table-ronde :

 Hélène BLASQUIET-REVOL, Doctorante, Géographie et Science politique  Maël GAUNEAU, Doctorant, Sociologie • Julie ROCHUT, Chargée de recherche, Économie • Laurent SOULAT, Chargé d’études, Économie

 

Habitat des personnes âgées, l’intergénérationnalité au pouvoir ? | nouvelle publication h+v

Retrouvez le nouvel article de Maël Gauneau, Manon Labarchède et Guy Tapie dans les Cahiers de la Recherche Architecturale, Urbaine et Paysagère (CRAUP) de mai 2022.

Intitulé “Habitat des personnes âgées, l’intergénérationnalité au pouvoir ?”, il est disponible ici !

résumé : 

Beaucoup reconnaissent la forte charge identitaire de l’habitat pour les personnes et leur entourage, en particulier dans le cadre du vieillissement. Le concept d’intergénérationnalité s’oppose aux principes de nombreuses structures d’habitat qui privilégient l’entre-soi. Il fixe un nouvel horizon, celui d’une entente entre les générations qui, en vivant les unes aux côtés des autres, échangent et se rendent mutuellement service. Il serait aussi un rempart contre une mise à l’écart subie des personnes âgées. Cet article analyse les filières de production de l’habitat intergénérationnel à partir de deux types : la résidence intergénérationnelle, privilégie les relations seniors-familles, et la cohabitation axée sur les relations seniors-étudiants ou jeunes actifs. À partir d’une analyse sociospatiale d’opérations et de situations relevant de l’habitat intergénérationnel, croisant entretiens semi-directifs (30) et observations in situ, notre travail met en évidence une mise en œuvre complexe de l’intergénérationnalité, qui ne peut être envisagée comme une formule « clé en main », reposant uniquement sur le fait de faire vivre côte à côte plusieurs générations. Le partage et l’appropriation d’espaces communs, favorisant les rencontres et les échanges, sont l’un des axes privilégiés du développement de ce type d’habitat, mais n’en assurent pas obligatoirement la réussite. Pour être effective, l’intergénérationnalité nécessite que chacun offre un minimum de disponibilité envers l’autre, afin de cohabiter et de construire un projet commun.

“habitats et vieillissements. Des hommes et des lieux” |Nouvelle publication

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage “Habitats et vieillissements. Des hommes et des lieux, écrit par Maël GAUNEAU, Manon LABARCHEDE et Guy TAPIE, aux éditions du Bord de l’Eau (coll. Documents).

“Le vieillissement introduit une mutation originale des rapports des personnes à l’habitat et aux espaces de vie sous la pression de changements physiologiques, cognitifs et sociaux. Si l’amour de son domicile, de son quartier, de sa ville, maintes fois souligné, domine, l’horizon résidentiel ne s’y réduit pas. En matière d’habitat, un nouveau souffle est porté par une offre qui se veut plus inclusive dont l’habitat intergénérationnel et participatif est le fer de lance, proche des besoins des personnes, porteur de l’envie de faire « société » et de la volonté d’en être un membre actif. Des formes plus ségrégatives, les résidences services seniors, privilégient des modes de vie en circuit fermé et entre-soi, ressenties comme sécurisantes. Reste les Ehpad, où la dépendance constitue le quotidien, dépendance de son corps et de ses traumatismes irréversibles, dépendance de l’institution qui impose ses modes et ses rythmes de vie.

S’appuyant sur des nombreuses histoires de vie, recueillies lors d’entretiens longs avec des personnes âgées, cet ouvrage questionne la place de ce groupe d’âge dans nos sociétés contemporaines à travers l’offre d’habitat qui lui est proposée et rend compte des caractéristiques de son mode de vie. S’il est possible d’identifier des points communs entre les aînés dans l’évolution du rapport à leur lieu de vie, les expériences vécues, les conditions sociales et économiques, le capital santé ou encore les aspirations personnelles témoignent de la grande hétérogénéité de cette catégorie d’âge dans un domaine fondamental de nos sociétés : l’habitat.”

Cet ouvrage fait suite à la recherche “Habitat, vieillissement et filières de production. Vers des innovations sociales ?” menée par le laboratoire PAVE de 2016 à 2020 (dir. scientifique Guy Tapie).

+ d’info sur le programme de recherche ici 

Trois chercheurs PAVE parlent d’habitat | semaine de culture scientifique 2022

Ecoutez ici trois chercheurs du laboratoire PAVE parler de leurs recherches sur l’habitat : Myriame Ali-OUalla, Maël Gauneau et Fanny Gerbeaud.

Podcasts réalisés par l’association Dealers de Sciences (Université de Bordeaux) dans le cadre de la semaine de culture scientifique 2022 “Terre et toits” sur le thème de l’habitat.

Myriame Ali-Oualla

Maël Gauneau

Fanny Gerbeaud

 

séminaire “Prévoir l’imprévisible. Quels choix résidentiels lorsqu’on vieillit ?” | 9/02/2022

Le séminaire est prévu sur un format hybride – précisions et liens à venir pour suivre l’évènement à distance.

Pour une très large part de personnes âgées, l’idéal est de vieillir « chez soi » le « plus longtemps possible ». Car habiter n’est pas simplement se loger. Plus qu’une réponse aux besoins matériels, l’habitat est un facteur identitaire fort pour des individus fragilisés. Habiter c’est vivre. Confronté au vieillissement de ses occupants, l’habitat peut cependant se révéler être un « piège », assignant ses résidents âgés dans un environnement inadapté.

Ce séminaire est organisé dans le cadre de la thèse de Maël Gauneau portant sur l’anticipation du vieillissement pour des personnes vivant à domicile. Il se donne pour objectif de questionner le domicile à l’aune du vieillissement et au prisme, notamment, du parcours résidentiel de ses occupants.

pour toute information :

mael.gauneau@bordeaux.archi.fr | fanny.gerbeaud@bordeaux.archi.fr

Un « Village Alzheimer » : pour qui ? Pourquoi ? | Manon Labarchède sur “The Conversation”

C’est le titre de l’article de Manon Labarchède, docteure en sociologie et membre de PAVE, sur le site The Conversation  à propos des formes d’habitat dédiées aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Retrouvez ici l’article complet, et la thèse complète de Manon Labarchède soutenue début 2021 et intitulée « Les espaces de la maladie d’Alzheimer : conditions de vie, hébergement et hospitalité ».

Manon Labarchede formatrice pour les webinaires “Des habitats pour des vieillissements” | 6/05/2021

Manon Labarchède, docteurs et chercheuse pour le projet “Habitat et vieillissement” et “Le logement du bien vieillir” interviendra comme formatrice dans le cadre d’un cycle de webinaires ayant pour thème l’habitat et plus spécifiquement le parcours résidentiel dans l’avancée en âge.

Sa communication portera notamment sur « Le Logement du Bien Vieillir : sensibiliser par l’expérience », dans la session 2 : De l’aménagement à l’adaptation du domicile. Cycle de webinaires « Des habitats pour des vieillissements – Accompagner des parcours résidentiels diversifiés ».

Continuer la lecture de Manon Labarchede formatrice pour les webinaires “Des habitats pour des vieillissements” | 6/05/2021

l’équipe “habitat et vieillissement” au congrès de l’aCfas | 3-7/05/2021

Le 6 mai prochaine, Guy Tapie et Manon Labarchède communiqueront au 88e Congrès de l’ACFAS  au sujet de certains résultats du projet de recherche “Habitat et vieillissement”, achevé en 2020.

Leur communication intitulée « Habitats, vieillissements et filières de production : quelles pratiques inclusives ? » se tiendra dans la section 410 – Pratiques inclusives dans le contexte de la diversité des vieillissements : croisements des identités et des environnements.

Pour toute information sur la congrès et vous inscrire, cliquez ici.

 

 

soutenance de thèse manon Labarchède | 28/01/2021

Manon Labarchède, architecte D.E. et sociologue, soutiendra sa thèse de doctorat intitulée “Les espaces de la maladie d’Alzheimer : conditions de vie, hébergement et hospitalité” le 28 janvier 2021 à 14h dans l’amphi 1 de l’ensapBx.

En raison de la crise sanitaire, il sera possible de suivre la soutenance à distance via une plateforme de diffusion en ligne.

Assistez à la soutenance sur ZOOM (ID de réunion: 896 0334 0914 / Code secret: 676892) en cliquant ici.

Publication du rapport de recherche “Le logement du bien-vieillir”

Retrouvez ici le rapport de la recherche “Le logement du bien-vieillir” menée par Guy Tapie, Manon Labarchède et Maël Gauneau sur un appartement adapté au vieillissement dans la commune de Dax. Ce travail s’inscrit dans les travaux de PAVE sur l’habitat et le vieillissement.

La question de l’anticipation dans le logement, de difficultés éventuelles liées à l’avancée en âge est au cœur des politiques publiques et des interrogations des acteurs économiques et sociaux depuis de nombreuses années. Elle se traduit par la mise en place de dispositifs limitant les risques de chute et d’accidents dans la salle de bains, les toilettes et parfois la cuisine. Mais ces dispositifs et leur aspect souvent stigmatisant, ou perçu comme tel, ont des représentations négatives. Cette anticipation n’est donc pas encore vraiment entrée dans les habitudes des premiers concernés : les habitants.

Le terrain de recherche

Le chantier de recherche « Le logement du bien vieillir » restitue les résultats d’une enquête sociologique et architecturale. Cette recherche a été menée au sein d’un logement adapté, auprès de personnes vieillissantes et âgées se rendant à Dax pour une cure thermale. L’équipe de recherche a ensuite rencontré, certaines d’entre elles, à leur domicile pour un second entretien. Ces personnes âgées de 58 à 81 ans se sont rendus à Dax sur prescription de leur médecin pour y soigner des douleurs articulaires liées au rhumatisme, à l’arthrose ou à des inflammations ou encore pour lutter contre l’ostéoporose. Le logement qui leur a été proposé le temps d’une cure a été adapté en vue de faciliter la vie quotidienne, limiter les efforts articulaires, compenser la baisse de la vision, et amoindrir les effets de la fatigue. Les équipements spécialisés, tels le plan de cuisson à hauteur variable ou les lits mécanisés, ont été banalisés par une intégration dans une ambiance aussi proche que possible de celle d’un domicile.

Les enseignements

Parmi les enseignements à retenir, la recherche dégage quatre profils face aux adaptations du logement du bien vieillir et à leur éventuelle transposition dans leur propre domicile : les indifférents, les détachés, les conservateurs et les prévoyants. Ces quatre profils ne sont pas des catégories figées, un individu pouvant, selon les événements de sa vie ou les rencontres, se trouver conforté dans ses choix ou au contraire évoluer d’un profil à un autre.

L’expérimentation concrète de nouvelles normes de confort conçue comme un temps d’acquisition de nouvelles manières d’habiter pour une transposition chez soi était une des hypothèses phares du projet. Il apparaît qu’à moins d’être déjà convaincu du bien-fondé de l’adaptation, l’expérimentation de ces dispositifs, notamment en raison du contexte de la cure et du temps de vie hors de chez soi, ne peut pas constituer un facteur déclenchant pour l’adaptation de son logement.

Enfin, l’expérience du vieillissement d’un proche (ascendant ou conjoint) dans son propre logement ne parait pas être un déterminant fort au regard de l’acceptation pour soi d’adaptations facilitant sa vie quotidienne ou permettant de rester plus longtemps chez soi. Le logement mobilise en effet dans la vie de chacun des enquêtés des représentations et des fidélités (à soi et au conjoint) auxquelles il leur est parfois impossible de renoncer.

Les partenaires

Le Logement du bien vieillir est une réalisation d’AG2R La MondialeAqui O ThermesLe Grand DaxLeroy Merlin France et le magasin Leroy Merlin de Bayonne, XL Habitat. Avec les contributions de CREEHMS-VilgoWinncare et Syst’am.

“Quels habitats pour nos vieux jours”, Guy Tapie à la rencontre #22 du Forum urbain | 11/03/2020

Guy Tapie interviendra lors de la rencontre #22 du Forum urbain consacrée à l’habitat et au vieillissement. Il y présentera notamment certains résultats du programme de recherche “Habitat, vieillissement et filières de production : vers des innovations sociales ?” achevé en 2020 (dir. Guy Tapie, projet région Nouvelle-Aquitaine)

PAVE à la journée « Vieillissement et habitat: accessibilité globale et inclusion » | 6 février 2020

Les membres de l’équipe de recherche du “Logement du Bien-Vieillir”, Guy Tapie, Manon Labarchède et Maël Gauneau iront présenter les résultats de leur étude menée pendant deux ans sur un logement adapté aux curistes à Dax.


Continuer la lecture de PAVE à la journée « Vieillissement et habitat: accessibilité globale et inclusion » | 6 février 2020