La ville est une fête | CAMBO #24

Retrouvez le nouveau numéro de la revue CaMBo dédié à la fête dans la ville. Le numéro est en téléchargement en suivant ce lien, et son dossier a été coordonné par Patrice Godier (chercheur à PAVE), Guillaume Bernard et Emmanuelle Gaillard.

Nous vous en souhaitons bonne lecture !

L’humeur des Français serait au désamour des villes, métropoles en tête, accusées d’être le siège de tous les maux contemporains en matière de nuisances environnementales, de prédation des ressources et de déséquilibre territorial, d’inégalités sociales, d’insécurité… Articles, enquêtes et autres sondages « à charge » se sont enchaînés en 2023.
Il faut dire que la crise sanitaire est passée par là : elle a mis en exergue l’exiguïté des logements, la promiscuité parfois, mais aussi l’insuffisance d’espaces de nature dont souffrent les citadins, et a largement contribué à dégrader l’image des villes. Avec le développement du télétravail, certains d’entre eux ont trouvé l’opportunité pour rompre avec cette ville devenue invivable.
La réalité de ce désamour reste à étayer. En premier lieu, cette histoire d’amour entre les Français et les villes a-t-elle existé un jour ? Avec l’urbanisation contemporaine, les populations sont parties dans les villes pour travailler, échanger, étudier, accéder aux services et aux ressources qu’elles proposaient. La migration vers la ville s’est imposée comme une opportunité, souvent comme une nécessité. Certes, la ville a aussi répondu au désir d’ouverture sur le monde, à l’envie d’émancipation, elle a offert la possibilité de se fondre dans la foule des anonymes ou de faire des rencontres ; une ville à la fois lieu d’initiation et terrain de construction de parcours de vies. Mais peut-on pour autant parler d’amour des villes ? Peut-être pour le touriste urbain qui la fréquente fugacement ; sans doute pour l’architecte dont c’est le lieu d’expression ; pour le cinéaste aussi, à l’image du Marseille de Guédiguian, du Paris de Truffaut, de la Rome de Fellini, du Berlin de Wenders ou du New-York de Woody Allen. Autant de déclarations d’amour à « leur » ville !

Du désamour à la séparation, de la désaffection à la défection, il n’y aurait qu’un pas. Depuis quelque temps une petite musique s’installe : les Français quitteraient la ville pour refaire leur vie ailleurs, idéalement « au vert ». Pourtant, observateurs et chercheurs ont démontré que l’exode urbain n’a pas eu lieu. Les phénomènes en cours – la périurbanisation, la littoralisation… et l’attractivité des pôles urbains – ne relèvent pas d’une rupture mais renforcent les tendances préexistantes.

Car, quoi qu’on en dise, la ville possède des atouts, qui sont aussi des vertus en période d’impérative sobriété. Comme l’explique Franck Boutté, grand prix de l’urbanisme 2022, le sens de la ville c’est la mise en commun, le partage des ressources, des infrastructures et des services, et la mutualisation des usages.

Surtout, la ville reste le creuset des idées et des cultures. Elle offre densité relationnelle et intensité émotionnelle comme le montre ce dossier sur la fête. Expérience à l’unisson, moment de fusion et d’effusion, parenthèse personnelle enchantée ou promesse collective de jours meilleurs, célébration d’identités locales ou de valeurs universelles, la fête nous réconcilie avec les autres, et avec la ville. Parce que la ville est une fête !

Eric Chauvier membre du jury de thèse de GREGORY EPAUD

Eric Chauvier participera au jury de thèse de Gregory Epaud, doctorant à l’UMR Passages.

La thèse s’intitule “LE PROJET DE PAYSAGE COMME COSMOPOLITIQUES TERRESTRES. Retours d’expériences et perspectives mésologiques à partir de la mise en place d’une Coopérative habitante de paysage en Haute Gironde (Nouvelle-Aquitaine, France)”

Pour y assister, rdv à la Maison des Suds (Université de Bordeaux), le 7 février 2024 à 14h

SEMINAIRE DOCTORAL “FAIRE LIEU AUTREMENT” | 20/02/2024 | ENSAP Bordeaux

Nous avons le plaisir de vous convier au prochain séminaire doctoral PAVE qui se tiendra le mardi 20 février 2024 à partir de 9h en maphi 2 de l’ENSAP Bordeaux.

Ce séminaire doctoral est organisé par Camille Breton dans le cadre de sa thèse portant sur les tiers-lieux ruraux en Nouvelle-Aquitaine. La rencontre intitulée “Faire lieu autrement. Une exploration spatiale multi-scalaire de la configuration en tiers-lieu” laissera une large place aux échanges.

inscription (nécessaire) et lien zoom pour y assister à distance : camille.breton@bordeaux.archi.fr ou flachez le QR Code ci-dessous

Résumé :

Si la dimension politique des tiers-lieux – le « tiers » – est bien documentée dans la littérature scientifique, la dimension spatiale – le « lieu » – reste parfois en dehors du champ d’analyse. Ce séminaire a pour ambition de questionner ce qui fait « lieu » à travers plusieurs échelles et d’analyser comment les contraintes spatiales fragilisent, questionnent ou renforcent les collectifs fondateurs et les valeurs singulières de chaque expérience « tiers-lieu ».
La journée débutera par une compréhension du tiers-lieu dans sa dimension locale et territoriale à travers deux pratiques de recherche. C’est ensuite l’approche architecturale et la pratique du métier d’architecte qui seront interrogées par le prisme des tiers-lieux. Enfin, des acteurs du territoire néo-aquitain transformeront ce séminaire en table ronde autour de problématiques architecturales concrètes.
Ce séminaire doctoral prend place dans le déroulement d’une thèse en sociologie menée par Camille Breton au sein du laboratoire PAVE à l’ENSAP Bordeaux, dont l’objet porte sur les tiers-lieux ruraux. Dans la logique d’une pratique collaborative inspirée par l’esprit des tiers-lieux, Camille Breton propose à Céline De Mil, doctorante CIFRE chez Encore Heureux architectes, de co-construire le sujet de ce séminaire en focalisant sur la dimension spatiale.