Nouvelles lectures PAVE à découvrir en ligne ou à l’ENSAP Bordeaux

Voilà quelques publications récentes des chercheurs de PAVE… vous pouvez les consulter en ligne ou les feuilleter à la médiathèque de l’ENSAP Bordeaux !

sur la baignade urbaine…

Dois-je aussi me mettre nu ?

Démarche, méthode et expérience de terrain dans un travail sur la baignade urbaine à Copenhague

Lisez ici larticle de Clément Brun – doctorant au LACES et à PAVE – portant sur sa recherche doctorale en cours autour de la baignade urbaine.

Sur l’architecture contemporaine remarquable…

LANCEMENT OFFICIEL PREVU EN NOVEMBRE 2024 !

Recueil de travaux d’analyse architecturale sur l’Architecture Contemporaine Remarquable

La référence : pour connaître, reconnaître, inventer

L’ouvrage tiré des enseignements de Caroline Mazel et Loeiz Caradec sur l’architecture du XXe siècle et l’architecture contemporaine remarquable.

Sur la représentation de l’architecture…

Mémoires d’escalier

De D. Tajan. Textes de P. Chemetov, M. Énard, C. Mazel, D. H. Tajan.

“20 dessins-perspectives montés à partir des plans, vingt climats d’architecture dans un réalisme de bande dessinée pour déchiffrer le langage de l’architecture moderne à travers l’œuvre de quinze architectes.”

Clément Brun dans “Géographie et Cultures”

Dois-je aussi me mettre nu ?

Démarche, méthode et expérience de terrain dans un travail sur la baignade urbaine à Copenhague

Découvrez le nouvel article de Clément Brun – doctorant au LACES et à PAVE – portant sur sa recherche doctorale en cours autour de la baignade urbaine.

La recherche de Régis Cortesero et Thomas Kirszbaum en ligne ! | INJEP – Défenseur des Droits

Régis Cortesero (chercheur associé à PAVE) et Thomas Kirszbaum ont remis en 2024 leur rapport de recherche au Défenseur des Droits sur le travail des jeunes dans les Quartiers Prioritaires de la Ville, au prisme du développement de l’uberisation.

Retrouvez le rapport de recherche dans son intégralité, ainsi que la synthèse, ici !

Visionnez la conférence-débat du 23/05/2024 “Accompagner les jeunes : représentations et pratiques des professionnels”

Résumé de la recherche :

Le phénomène d’ubérisation de l’emploi touche les quartiers de la politique de la ville (QPV) davantage que d’autres territoires. Si l’amplitude du phénomène varie selon la configuration socio-urbaine des territoires concernés, on constate une corrélation, à pauvreté et taux de chômage comparables, avec l’importance dans ces quartiers de la population étrangère. De manière générale, les jeunes candidats au travail ubérisé tendent à échapper aux dispositifs d’accompagnement, car ceux-ci, configurés pour l’entrepreneuriat ou le salariat, ne répondent pas nécessairement à leurs besoins ou attentes.

Cette recherche s’intéresse aux effets de la montée en force du travail ubérisé dans les QPV sur les représentations et pratiques des professionnel·les de jeunesse opérant dans les champs de l’insertion et de l’accompagnement vers l’entrepreneuriat.

Quel regard portent-ils/elles sur le phénomène de l’ubérisation ? Comment celui-ci se manifeste-t-il dans leurs activités auprès des jeunes ? Quelles réponses et quelles attitudes appelle-t-il de leur part ? Une nouvelle figuration de l’employabilité des jeunes émerge-t-elle chez les professionnel·les concerné·es ?

Pour répondre à ces questions, la recherche s’appuie sur une revue de littérature, une analyse statistique et des entretiens qualitatifs effectués en Seine-Saint-Denis – en particulier à Aubervilliers et Sevran – ainsi que dans la métropole bordelaise.

L’enquête met en lumière une interaction différente entre les jeunes et les acteur·trices de l’insertion ou de l’entrepreneuriat et montre que la présomption d’inemployabilité qui pèse sur les jeunes des quartiers populaires ne tient pas face à l’ubérisation. Les professionnel·les reconnaissent en effet que les activités déployées nécessitent la mobilisation de toute une série de compétences pratiques, constitutives d’un savoir-être. La reconnaissance de ces compétences, dans les discours des professionnel·les renforce l’hypothèse de l’exclusion d’une partie de la jeunesse par un marché du travail qui, au-delà des qualifications, leur dénie précisément les compétences de savoir-être, et les discrimine sur la base de préjugés et de stéréotypes associés à l’idée de leur trop faible employabilité.

Guy Tapie au congrès du Réiactis | 4-6/06/2024 | Montréal

Guy Tapie, Professeur de sociologie et cofondateur du laboratoire PAVE a présenté deux communications lors du congrès international du Réiactis, congrès dédié au vieillissement et ses trajectoires.

> Plus d’infos sur le congrès et le programme ici

> Retrouvez les résumés de ses communications ci-dessous

“Postures habitantes, le vieillissement au pluriel” | 6/06/2024

Notre communication s’appuie sur les résultats d’une recherche menée entre 2016 et 2022 en France. Notre entrée problématique était de caractériser un habité spécifique de la personne vieillissante en supposant que l’âge introduit des caractéristiques distinctives sur l’appropriation des espaces de vie. Nous l’avons fait en croisant sociologie et architecture. Nous avons réalisé des entretiens semi-directifs (150), une analyse de parcours résidentiels ; l’observation du quotidien des habitants. Notre échantillon comprenait cinq structures : des hébergements collectifs médicalisés ; de l’habitat services, privé ou public ; de l’habitat intergénérationnel ; de l’habitat participatif ; le domicile « historique ». Vieillir au pluriel est une évidence au regard du rapport des personnes âgées à leur habitat, des différences entre personnes autonomes et dépendantes, entre générations, en fonction de profils sociaux et du sentiment d’être. La différenciation de postures vis-à-vis du vieillissement montre, malgré une connaissance objective et expériencielle, une faible anticipation de l’adaptation du cadre de vie. Elle souligne aussi l’hétérogénéité des comportements et des stratégies des individus. L’indifférence est une manière de réagir au pied du mur. Le détachement est fréquent. Il traduit une distanciation ontologique vis-à-vis de son avenir envisagé avec pragmatisme, étape par étape, sans ignorer les conséquences du vieillissement. La prévoyance n’est pas la norme, malgré les injonctions à contrôler son avenir, et vise à prévoir et à gérer un confort « augmenté ». L’innovation tranche aussi quand certains n’hésitent pas à révolutionner leur projet de vie et à contester une vie assignée de « vieux ». Le conservatisme est fréquent au regard du vécu capitalisé et du rapport existentiel avec le territoire de vie, ce qui rend le changement difficile.

“L’habitat coopératif un nouveau souffle de l’habitat sénior en France” | 4/06/2024

En France, de nombreux travaux de recherche font apparaître l’importance des conditions matérielles d’existence sur les modes de vie des séniors et sur leurs parcours résidentiels. Partir de l’architecture des espaces de vie et de l’habitat, est une manière d’appréhender ce que vivent ces populations et la façon dont elles se projettent dans le temps. Jusqu’à récemment, trois modèles principaux organisaient le secteur : l’établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes ; les résidences autonomie publiques et privées ; le domicile « historique ». L’habitat participatif / coopératif, redynamise le secteur et met l’usager final au cœur du projet de vie et de la conception d’un lieu original. Le projet d’habitat coopératif, « Boboyaka – La Castagne » à Bègles, en cours, est exemplaire : une résidence de 19 logements, avec des espaces partagés et une crèche, en ville, localisée dans une commune de la métropole bordelaise. L’engagement et l’investissement des futurs occupants, se repèrent dans le montage, la conception et la gestion du futur lieu de vie. Le projet renouvèle l’offre d’habitat ordinaire des séniors, plus nombreux et actifs, en anticipant le vieillissement des occupants. Il traduit l’envie de vivre en harmonie, de retrouver de la solidarité, de créer une communauté résidentielle, d’innover et d’expérimenter des solutions originales d’habitat, d’être une force de changement social. Porte-parole d’un groupe, les personnes âgées, de tels habitants ne veulent pas subir les décisions prises par d’autres, Minoritaire en nombre, ces opérations immobilières subissent plus que d’autres les aléas des contextes de production, de la formulation du projet de vie à la conception du projet architectural en passant par son financement. En termes méthodologique, à partir d’éléments statistiques, nous avons identifié des « filières de production ». Parmi celles-ci, nous avons repéré des opérations de type participatif / coopératif « séniors ». Spécifiquement, pour l’étude de cas « Boboyaka – La Castagne » nous observons le processus de fabrication du projet en adoptant une démarche qualitative (entretiens semi-directif ; observation participante).

PAVE à Liège | groupe contact FNRS “architecture et sciences sociales” | 29-31/05/2024

Cette année, les journées détude du groupe contact du FNRS “architecture et sciences sociales” se sont déroulées à l’Université de Liège, au sein de la faculté d’architecture. Le groupe contact, qui réunit des chercheurs de plusieurs laboratoires belges et français (dont PAVE), s’est interrogé sur la notion de “régénération” autour de plusieurs communications, sconférences et présentations avec visite de terrain.