Ignis Mutat Res | 2011-2013

Ignis Mutat Res | Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie

Programme de recherche IMR mené par PAVE, intitulé “Métropoles et mobilités durables à l’épreuve d’un nouveau paradigme énergétique. Cincinnati- États-Unis,  Curitiba- Brésil, Bordeaux- France”. Les enjeux de la mobilité sont étudiés autour de trois approches ou axes :

  • L’approche (axe politique) en termes de gouvernance entre les niveaux d’intervention fait état des articulations dans chaque ville, entre les décisions prises au niveau de l’Etat et les initiatives qui surgissent au niveau local. La comparaison permet d’analyser à la fois les configurations, les instruments d’action publique utilisés et les interactions complexes existant entre les acteurs publics, privés, professionnels, médiatiques, etc. – acteurs et actants – qui contribuent potentiellement à la problématisation de la relation métropolisation, mobilités et énergie. Autrement dit qui permettent la formulation d’une question susceptible de produire de la convergence (ou du conflit) entre certains acteurs (collectivités, groupes, entreprises) autour de la thématique énergétique et partant, sur la mise en oeuvre d’une mobilité durable.
  • L’entrée par les expériences métropolitaines (axe socio-culturel) décrit l’enjeu des comportements et des représentations collectives dans la recherche de la mobilité métropolitaine durable. Si l’axe de la gouvernance se penche sur les tensions entre acteurs de l’aménagement aux frontières des compétences urbaines et territoriales, celui des expériences métropolitaines s’intéresse aux modalités d’intégration de l’espace métropolitain dans les pratiques et dans l’imaginaire de ses habitants et usagers. Pour chaque ville, le passage à une nouvelle échelle de métropolisation, dans le cadre de la transition énergétique, nécessite de repenser les modes de vie ainsi que l’image que le citadin détient de l’entité urbaine.
  • L’entrée par la forme urbaine (axe spatial) rend compte du fait que le niveau de mobilité ou le volume de mouvements doit être aussi considéré comme le résultat d’une prescription de la société, une détermination de son architecture et de sa morphologie spatiale et non pas seulement comme relevant du choix modal individuel et volontaire. Cette entrée se fait à deux échelles. La première est l’échelle de l’ensemble métropolitain et concerne un ensemble de données géographiques mises en valeur par la cartographie. La deuxième échelle est celle de la morphologie de l’habitat, des densités et des formes des constructions. Il s’agit de montrer (ou d’intégrer au débat) les éventuelles corrélations entre la forme architecturale et urbaine de l’habitat et la consommation énergétique engendrée par la mobilité métropolitaine.

Téléchargez le rapport final et ses annexes en suivant les liens.

La première session de ce programme de recherche scientifique a été lancée en juin 2011 à l’initiative du ministère de la Culture et de la communication (Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère), du ministère de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie (Direction de la recherche et de l’innovation) et de l’Atelier international du Grand Paris. Pour les deux premières phases (2011-2013 et 2012-2014) douze projets de recherche, émanant d’institutions académiques du monde entier, ont pu être sélectionnés et financés tandis que deux thèses de doctorat en cours ont été inscrites au programme.

Ignis Mutat Res se veut innovant, outre sa contribution à l’ouverture des horizons d’une « architecture de l’énergie », par la mobilisation de la communauté scientifique jusque dans l’espace complexe des relations entre recherche, formation et filières professionnelles. L’identité interministérielle et interdisciplinaire de cette action entend répondre à une exigence qui impose une vision transversale des savoirs et des savoir-faire, indispensable à la transformation qualitative de l’espace.

Davantage de renseignements sur le programme IMR ici.

ensap Bordeaux | Centre Emile Durkheim