INEF 4 | 2020- en cours

ETUDE DE LA FAISABILITE ET DE L’ACCEPTABILITE DE LA RENOVATION DE L’ARCHITECTURE DU XXE SIECLE ET DE L’ARCHITECTURE CONTEMPORAINE REMARQUABLE.

RECHERCHE « CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS EXISTANTS. SOLUTION PAR AJOUT D’UNE DOUBLE PEAU VENTILEE »

Projet conjoint PAVE-GRECCAU-NOBATEK | Responsable scientifique PAVE : Caroline Mazel (chercheur PAVE) | responsables scientifiques GRECCAU : Denis Bruneau, Aline Barlet | Equipe : Olivier Chadoin, Myriame Ali-Oualla (post-doctorante)

1- Enjeux autour de la recherche

Notre recherche part du constat de la difficile reconnaissance de l’architecture du XXe siècle au titre d’héritage culturel au vu des transformations qui trop souvent la dénaturent, ne tenant ni compte de sa valeur architecturale, ni de son potentiel évolutif. Cet état de fait nous amène à aborder notre proposition d’étude au travers d’un double enjeu, à la fois patrimonial et énergétique afin d’améliorer les performances de l’architecture du XXe siècle, dont l’Architecture Contemporaine Remarquable faite de bâtiments présentant des caractéristiques architecturales qui contribuent à la qualité globale de notre cadre de vie.

Depuis la fin des années 1990, la connaissance et la valorisation de l’architecture du XXe siècle constituent un des enjeux majeurs du Ministère de la Culture qui a mis en place le label « Patrimoine du XXe siècle » en 1999. Cette politique a connu une impulsion nouvelle suite à la loi relative à la Liberté de création, à l’architecture et au patrimoine du 7 juillet 2016 -dite LCAP-, avec le label « Architecture Contemporaine Remarquable », qui succède au premier. Cette distinction peut être attribuée aux réalisations de moins de 100 ans d’âge dont la conception présente un intérêt architectural ou technique suffisant. Ses champs d’application concernent les immeubles, ensembles architecturaux -quartiers entiers, villes nouvelles, stations balnéaires, de sports d’hiver, grands ensembles, campus, …-, ouvrages d’art et aménagements -espaces publics, jardins, …-.

Au travers d’une étude d’expertise développée en partenariat avec la DRAC Nouvelle Aquitaine, PAVE travaille sur l’identification et l’évaluation d’oeuvres situées sur notre territoire régional afin de les proposer à la labellisation auprès de la Commission Régionale de l’Architecture et du Patrimoine. Ce travail nous permet d’établir une base de connaissance originale pour comprendre la singularité de ces réalisations, repérer le caractère innovant ou expérimental de leur conception ou sa place dans l’histoire des techniques, évaluer leur notoriété, leur exemplarité dans la participation à une politique publique et leur valeur de manifeste, mettre en lumière leur appartenance à un ensemble ou à uneoeuvre dont l’auteur fait l’objet d’une reconnaissance nationale ou locale et enfin, apprécier la vie de l’ouvrage et son état actuel.
Fort de cette connaissance et de cette expérience, en nous associant avec le laboratoire GRECCAU, nous souhaitons croiser nos approches en considérant l’architecture du XXe siècle dans une démarche globale au travers de sa dimension matérielle et culturelle, technique et économique ainsi qu’immatérielle. A partir d’un corpus de réalisations identifiées, étudiées et-ou labellisées (ou sur le point de l’être) sur notre territoire régional, nous pensons montrer que leur préservation passe par la conservation de l’expression matérielle du bâti sans toutefois renoncer aux nouveaux impératifs de transition écologique et d’adaptation à l’évolution des usages.

Sans a priori sur les démarches d’intervention (rénovation, réhabilitation, reconversion) ni les typologies de programmes (habitat, équipement, tertiaire, …), nous voulons étudier la faisabilité et l’acceptabilité d’un dispositif technique et architectural telle que la double peau ventilée également nommée « intelligente », « épaisse », « multi fonctions », « multi couche » ou encore « bioclimatique » qui recouvre une réalité complexe et multiforme et s’inscrit dans une perspective historique Si son gain en termes énergétiques et de confort thermique a pu être démontré dans certains cas, sa réception et ses usages semblent souvent moins probants, spécifiquement sur des enveloppes patrimoniales dotées de qualités et de contraintes mémorielles, historiques et architecturales. En analysant la valeur de l’architecture du XXe siècle dans sa dimension globale au travers de sa morphologie et de son écriture architecturale, en le re situant dans son contexte, en mettant en lumière ses usages sociaux et niveaux de confort perçus, il s’agit de rendre compte des raisons et des conditions qui font varier l’acceptabilité de l’ajout de ce type de double peau. Ainsi, c’est autant ses atouts que ses limites qu’il nous intéresse de révéler, avec la possibilité de les dépasser ou de les contourner en suggérant le recours à d’autres démarches et dispositifs d’intervention qui sembleraient plus adaptés. Plus que des solutions standards, nous souhaitons envisager des mesures spécifiques conçues sur la base de la connaissance des biens et pour ces biens en tant qu’expressions de culture.

2- Méthodologie

Dans un premier temps, nous allons travailler à la mise en oeuvre d’un état de l’art à l’échelle internationale, afin de comprendre comment, dans l’histoire, les dispositifs de double peaux ventilées ont été développés et mis en oeuvre au travers de programmes, de bâtiments et de formes divers pour générer des résultats inégaux. Cette approche historique, sur le temps long, et à partir d’une revue documentaire, doit permettre de faire émerger un corpus composé d’opérations remarquables de rénovation par façades ventilées. Le recul par rapport à leur époque de livraison doit permettre une analyse rétrospective de leur efficacité technique, de leur entretien et de leur vieillissement mais aussi un retour d’expérience des usagers et acteurs qui ont participé à leur mise en oeuvre.
Dans un second temps, à l’échelle régionale de la Nouvelle Aquitaine, nous pensons conduire une analyse architecturale d’un panel d’édifices réalisés au XXe siècle relevant de la production courante, reconnus pour leur Architecture Contemporaine Remarquable voire inscrits ou classés au titre des Monuments Historiques afin d’évaluer, en fonction de leur contexte, la faisabilité et l’acceptabilité de leur rénovation par double peau ventilée. Cette approche, cette fois ci prospective, induit de maîtriser la compréhension de la variété des expressions, qualités et fragilités de l’architecture du XXe siècle qui, en Nouvelle Aquitaine, est susceptible d’être concernée par ce type de rénovation. Nous pensons rendre compte de notre analyse au sein d’un catalogue où serait recensées, de façon représentative plus qu’exhaustive, des typo-morphologies, écritures et architectoniques remarquables susceptibles
3
de recevoir une double peau ventilée ou dans l’impossibilité de l’accepter pour des raisons techniques, physiques et-ou culturelles.
Enfin, à l’échelle nationale, nous pensons faire apparaître un état des controverses et des débats sur les projets de rénovation que nous aurons retenu dans la première partie à partir de regards croisés entre réalité et perception, physiques et culturelles. En les documentant sur la base d’archives orales et écrites, nous voulons comprendre par quels arguments sont portés ces controverses, par quels acteurs et comment elles sont animées. Il s’agit de dégager des typologies d’attitude vis-à-vis du dispositif de double peau ventilée et des principes de variation de son acceptabilité.
Pour mener à bien cette recherche, des visites d’opérations, des groupes de travail et entretiens individuels seront organisés. Concernant le confort perçu, une enquête par questionnaire pourra être envisagée.

ENSAP Bordeaux | Centre Emile Durkheim

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search