La culture architecturale des français | 2011 / 2014

La culture architecturale en France. Architectes, publics et médiateurs

Programme de recherche du Ministère de la Culture et de la communication. SCPCI-SG – Département des études, de la
prospective et des statistiques.

Direction scientifique : Guy Tapie (ENSAPBx, PAVE, Centre Émile Durkheim – UMR CNRS 5116),  Patrice Godier(ENSAPBx, PAVE, Centre Émile Durkheim – UMR CNRS 5116), Caroline Mazel (ENSAPBx, PAVE) | équipe : Fanny Gerbeaud, Roberta Ghelli, Aurélie Couture, Antoine Veretout.

Cette enquête nationale fait l’objet d’un publication parue en 2018 sous le titre “La culture architecturale des Français”. Dirigé par Guy Tapie, cet ouvrage est coédité par le Ministère de la Culture, le Département des études, de la prospective et des statistiques, et les Presses de Sciences Po. Découvrez-en l’introduction et la table des matières en suivant les liens.

Problématique

Bien collectif et public, l’architecture est irréductiblement attachée à l’expression identitaire des sociétés et des cultures, malgré une situation paradoxale au moins dans les sociétés développées : quotidien de tous, elle est produite par une élite experte et intellectuelle – les architectes plus ou moins en décalage avec les aspirations populaires et elle ne suscite pas un appétit de connaissance de la population malgré des vertus pour s’impliquer dans le débat public en matière de conception et de fabrication des espaces bâtis.

L’architecture matérialise ainsi un rapport au monde et des conditions de vie. La culture architecturale des français, ses mécanismes de formation et les débats à son propos se nouent autour de l’idée qu’une culture architecturale des français plus consistante permettrait une meilleure appropriation du cadre de vie et une participation plus active et informée aux mécanismes de sa fabrication. Forme de légitimité civique au moment où l’architecture est traversée par de grands enjeux sociétaux et citoyens : la protection de l’environnement, la promotion de la durabilité, l’accès au confort pour tous, la lutte contre l’exclusion spatiale, une interrogation critique sur les effets de la mondialisation et de la métropolisation. Selon cette rhétorique, la culture architecturale ne peut donc se limiter à un cercle d’initiés, d’érudits ou de professionnels mais gagne à pénétrer des cercles de plus en plus larges de publics, de citoyens, d’institutions. Son apprentissage a des finalités culturelles, éducatives et pratiques, valorisées par des politiques publiques adéquates et l’action de spécialistes de la médiation.

Posture théorique

Replacée dans son contexte théorique, la culture architecturale des français est appréhendée dans cette recherche comme une expression de l’univers culturel de la société contemporaine, inscrite dans des représentations collectives en continuité avec la profondeur de l’histoire, en prise avec de nombreux débats du temps présent et anticipant l’avenir. Elle se structure dans une dialectique qui mobilise trois sphères d’action sociale : le rôle des architectes, le public et son appropriation de l’architecture, les acteurs médiateurs qui conçoivent les procédures et les outils « pour faire voir et apprendre » au citoyen.

Pour caractériser la culture architecturale des français et la dynamique de sa constitution autour de ces trois sphères, nous analysons les positions des architectes, dont la fonction principale est d’établir un référentiel collectif et un espace de débats sur l’architecture ; puis nous examinons les représentations, les connaissances du public et des entités qui le composent ; enfin, nous décrivons le milieu de la médiation architecturale, scène de diffusion de l’architecture.

ensap Bordeaux | Centre Emile Durkheim