POPSU | 2017-2020

« RESSOURCES MÉTROPOLITAINES »
CONDITIONS DE GESTION DES RESSOURCES ENTRE LA MÉTROPOLE BORDELAISE ET LES TERRITOIRES GIRONDINS

Axe 4 du programme national POPSU III (Plateforme d’observation des projets et stratégies urbaines) piloté par le PUCA.

Responsable scientifique : Fabien Reix et Laura Brown (ENSAP Bordeaux, PAVE) | Laboratoire de coordination : PAVE | Partenaires : IRSTEA, Forum Urbain | équipe pour PAVE : Patrice Godier, Adrien Gonzalez, Fanny Gerbeaud (ingénierie de recherche).

Résumé du programme de recherche

La reconfiguration de la gestion des ressources métropolitaines au prisme de la durabilité

La métropole bordelaise affiche depuis plusieurs années une volonté de gestion durable de ses ressources. Cependant, leurs modes de gestion demeuraient jusque-là un domaine invisible pour les habitants. En plus du processus de décentralisation, les territoires vivent actuellement des transformations liées à la nouvelle donne environnementale et climatique. Des adaptations juridiques, institutionnelles s’observent à toutes les échelles, orientées par le principe de durabilité. Ces politiques peuvent certes se lire à l’échelle métropolitaine, mais semblent toutefois inséparables de celles des territoires périphériques. L’équilibre entre le développement économique des territoires métropolitains du centre et de la périphérie, et la préservation des ressources qui participent à leur attractivité semble de plus en plus mis à l’épreuve.

La gestion des ressources comme nouvelle affaire publique

Jusqu’alors réservée aux intérêts privés organisés et aux experts, la question de la gestion des ressources devient aujourd’hui une affaire publique, enjeu de développement durable, de confort et d’accueil de nouveaux habitants. Il convient dès lors de s’interroger sur les causes de la politisation et de la publicisation relativement récentes de ces échanges de ressources au niveau territorial. Entre les territoires, des inégalités dans la répartition des gisements de matières, d’énergies, et de ressources s’observent. La métropole peut tantôt être vue comme une entité qui se sert des territoires environnants pour assurer son fonctionnement ordinaire, tantôt comme une structure qui coopère, qui instaure des partenariats avec ses territoires voisins sur des sites stratégiques. La métropole reconfigure ainsi ses périmètres de gestion pour assurer un accès aux ressources essentielles : l’eau, l’alimentation, etc.


Entre interdépendance et gouvernance : quels modes de relation entre la métropole et ses territoires voisins autour de la question des ressources ?

Quelles interdépendances peut-on observer entre la métropole bordelaise et ses territoires girondins en matière de gestion des ressources ? Quels modes de gouvernance président aux relations entre ces territoires sur ces questions d’échange et de partage des ressources ? Mettre au cœur de l’analyse la question des ressources vise à sortir des schémas souvent binaires qui opposent « la métropole et les autres ». L’un des premiers enjeux de la recherche consistera en outre à définir et opérationnaliser la notion même de « ressource » et partant d’identifier les logiques d’action à l’œuvre dans les relations territoriales liées aux échanges de ressources.

Quels sont les types d’échanges qui stabilisent ou rompent les équilibres territoriaux entre la Métropole et ses périphéries ? Notre recherche invite à penser et révéler les configurations des dynamiques interterritoriales qui s’inscrivent dans des processus globaux de transitions : risques environnementaux, modes de vie et de consommations, effets de la répartition démographique sur les équilibres territoriaux. L’hypothèse majeure est que l’on observe actuellement une reconfiguration des modes de gestion des ressources à partir de la prise en compte des enjeux liés au changement climatique voire à l’ensemble des perturbations environnementales d’origine anthropique : biodiversité, qualité de milieux… Les territoires sont ainsi analysés en tant que supports de ces reconfigurations. Interdépendants, ils sont le théâtre d’échanges non seulement de ressources mais aussi de flux de population et de biens qui relient et structurent l’espace.

La recherche vise ainsi à donner à voir, à révéler des logiques d’action dont on fait l’hypothèse qu’elles sont encore méconnues.

 

ensap Bordeaux | Centre Emile Durkheim