Redivivus | 2016-2018

« Les mouvements modernes rattrapés par la marche du durable : leçons, adaptations et invention des lieux du quotidien. Bordeaux -France | Cincinnati – États-Unis »

Programme de recherche du BRAUP – Ministère de la Culture et de la Communication (2016-2018) « Architectures du XXe siècle, matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle. Outils conceptuels et techniques pour le recyclage, la transformation et la restauration des architectures récentes »

Responsable scientifique : J. Kent Fitzsimons (ENSAP Bordeaux, PAVE) | Laboratoire de coordination : PAVE | Laboratoire associé : GRECCAU (Aline Barlet) | Partenaire de projet : University of Cincinnati, College of Design, Architecture, Art, and Planning (OH, États-Unis) | équipe PAVE : Loeiz Caradec, Fanny Gerbeaud, Patrice Godier, Louise Jammet, Caroline Mazel.

Le programme de recherche REDIVIVUS est mené conjointement par le Laboratoire PAVE, le Laboratoire GRECCAU et l’Université de Cincinnati pour une durée de 2 ans (2017-2019).

 La recherche part du constat que les productions architecturales et urbaines de l’après-guerre qui déclinent différentes facettes du mouvement moderne, sont aujourd’hui rattrapées par une croissance urbaine informée par un ensemble d’enjeux, de principes et d’objectifs qui ont émergés depuis les années 1980. Les crises énergétiques de 1973 et 1979 constituent une rupture importante pour le bâtiment et la ville, tandis que le réchauffement climatique agit aujourd’hui comme accélérateur de la transition énergétique et environnementale.

Notre recherche entend étudier quatre sites de logements emblématiques de l’après-guerre en France et un secteur à Cincinnati (Ohio, Etats-Unis) pour identifier les manières dont ces opérations se prêtent à une récupération ou un recyclage au sein de la « ville durable » :

  • Les Aubiers, Bordeaux
  • Mériadeck, Bordeaux
  • Le Hameau de Noailles, Talence
  • Pontet Lamartine, Pessac
  • Park Town, Cincinnati (Ohio)

Il s’agit plus particulièrement d’analyser les problématiques spécifiques aux interventions qu’ils ont pu subir au fil du temps (restructuration, réhabilitation ou projets de réintégration urbaine) sur le plan architectural, urbain et opérationnel, ainsi que les dispositifs techniques, politiques et sociaux développés pour y répondre. Une équipe pluridisciplinaire couvrant l’architecture, l’urbanisme, les sciences techniques et les sciences humaines saisira les interdépendances de ces dispositifs et déclinera des modalités d’action synthétiques pour le recyclage d’un patrimoine du quotidien arrivé à la fin d’un cycle de vie. Si la recherche n’initie pas un projet de transformation en l’espèce, elle intervient dans les mécanismes d’évaluation, de conception, d’exécution et de bilan des cas d’études, suivant leurs états d’avancement ou d’achèvement respectifs.

Nous mobiliserons pour ce faire des méthodes d’analyse spatiale et architecturale de l’existant qui prennent en compte et croisent les aspects physiques, sociaux et économiques ; les modèles de montage de projet pour l’entretien, l’adaptation, le renouvellement de l’existant ; et évaluerons enfin les conditions urbaines de l’existant, au prisme notamment de la mobilité métropolitaine (proximité de/accès aux services, ressources, emplois).

Ce travail sera mené de concert avec les acteurs des sites étudié en particulier dans le cadre d’entretiens, d’échanges réguliers sous forme de séminaires conçus pour renforcer les liens entre chercheurs et professionnels, étudiants et acteurs institutionnels. Ces réunions de travail, entretiens d’acteurs et conférences sur les résultats d’étape obtenus doivent favoriser les regards croisés et « dépayser » le regard.

RÉSUMÉ DU PROJET DE RECHERCHE

 Cette recherche propose d’étudier des projets de restructuration, de réhabilitation, et de réintégration urbaine d’opérations et de quartiers de logements construits pendant la période 1950-1975, afin d’analyser les problématiques spécifiques à ce type d’intervention sur le plan architectural, urbain et opérationnel, ainsi que les dispositifs techniques, politiques et sociaux développés pour y répondre. Une équipe pluridisciplinaire associant l’architecture, l’urbanisme, les sciences techniques et les sciences humaines (sociologie urbaine et de l’habitat, sciences politiques, psychologie de l’environnement) saisira les interdépendances de ces dispositifs et déclinera un cadre conceptuel et des modalités d’action synthétiques pour le recyclage d’un patrimoine du quotidien arrivé à la fin d’un cycle de vie. La problématique générale de la recherche part du constat que les productions de l’habitat de l’après-guerre déclinant différentes facettes du mouvement moderne, sont aujourd’hui rattrapées par une croissance urbaine informée par un ensemble d’enjeux, de principes et d’objectifs qui ont émergés depuis les années 1980. Les crises énergétiques de 1973 et 1979 constituent une rupture importante pour le bâtiment et la ville, tandis que le réchauffement climatique agit aujourd’hui comme accélérateur de la transition énergétique et environnementale. Nous nous intéressons donc aux manières dont des opérations de logement emblématiques de l’après-guerre se prêtent à leur recyclage au sein de la « ville durable », entendue tant comme idéal que comme urbanisation effective.

La méthode consiste en une comparaison entre cas d’études situés à Bordeaux, avec une étude parallèle à Cincinnati (Ohio, Etats-Unis). Les cas choisis sont des projets de requalification récents ou en cours, et qui concernent des œuvres incarnant des théories, doctrines et principes architecturaux et urbains hérités du mouvement moderne. Fonctionnant comme « analyseurs » des mutations en cours, ces cas représentent une diversité contrastée : par les principes modernistes qu’ils incarnent (morphologie, typologie, localisation) ; par les initiateurs, responsables et participants du projet de requalification (collectivités territoriales, bailleurs sociaux, copropriétés, habitants), et par le cadre opérationnel du projet (« 50 000 logements autour des axes de transports collectifs » ou l’eco-quartier de Ginko à Bordeaux, programme « Hope VI » aux Etats-Unis).

La recherche entend mettre en évidence le changement de paradigmes—entendus comme cadres de pensée et d’action—entre l’idéal spatial et la visée industrielle du modernisme architectural et urbain, et des concepts ayant récemment gagné du terrain tels que le lieu, la participation, et le développement durable. Mettre en regard ces deux tendances historiques devrait permettre un recul critique sur les intentions et résultats de chacun, évitant ainsi tout a priori téléologique qu’il soit d’ordre optimiste ou tragique. Si la recherche approfondira surtout les cas bordelais, l’échantillon d’opérations à Cincinnati permettra une mise en perspective de la situation française, autour de deux phénomènes transnationaux : les déclinaisons du modernisme dans différents pays dans l’après-guerre, et la dimension globale de la problématique du développement durable aujourd’hui.

Notre relecture croisée de deux composants clés du mouvement moderne, soit une certaine qualité architecturale à l’échelle de la construction et une doctrine organisationnelle à l’échelle de l’aménagement urbain, à l’ère de la démocratisation des processus de projet, devrait permettre une actualisation théorique du rapport entre ces deux dimensions. Il se peut qu’il eût fallu attendre l’époque de la conscience environnementale précipitée par le changement climatique, et de la remise en cause des modes de production centralisée et technocratiques, pour que la cohérence potentielle des théories architecturale et urbaine de l’après-guerre se manifeste.

Retrouvez ici les publications issues du programme de recherche REDIVIVUS :

Synthèse du workshop “L’habitat moderne revisité par la ville durable, ambiances et qualités d’usage” | 29 mai – 1 juin 2017

ensap Bordeaux | Centre Emile Durkheim