SALEC HALIDI ABDEREMANE

Doctorant PAVE – Centre Emile Durkheim (UMR CNRS 5116). Doctorant en sociologie, journaliste et bloggueur

salec.halidi@bordeaux.archi.fr

Axes de recherche :

  • Sociologie de la métropole africaine
  • Sociologie de la gouvernance métropolitaine africaine
  • Sociologie de la dualisation métropolitaine africaine

Titre de la thèse : “Ville héritage et bidonvilles contemporains, une métropole duale. Etude comparative entre Moroni, Kigali et MamoudzouSous la direction de Guy Tapie.

Résumé :

Notre thèse analyse le processus de la dualisation sociale et territoriale de la métropolisation de Moroni, capitale politique et économique de l’archipel des Comores. Elle a comme principal indice la bidonvilisation de son expansion. Ce phénomène d’expansion est très présent dans la ville africaine francophone. De ce fait, nous comparons le processus de cette dualisation à Moroni avec d’autres métropoles africaines.  Puisque beaucoup qualifient cette expansion, de l’urbanisation massive, celle-ci est très variable en Afrique francophone. A Moroni par exemple, la ville centralise et concentre une grande partie des services publics de l’État, des entreprises publiques et privées. Ce qui draine une importante population rurale issue des îles de l’archipel provoquant une opposition spatio-sociale et spatio-économique à l’origine d’un développement précaire de la périphérie dans une ère de la métropolisation. Elle exprime un changement dans la forme et le fond de la construction de territoires urbains particuliers.  Ils se regroupent autour d’un centre par lequel ils s’opposent sous une forme antagonique.  Elle a son origine et son expansion dans une dominance de la ville par un groupe influant considérablement dans la gouvernance de la métropole. Ils sont des « Moroniens de souche » qui se réclament d’une Moroni originelle. Détenant une part importante du capital foncier, ils s’opposent aux populations issues des exodes ruraux et insulaires, appelée « étrangers » et ils contrôlent l’usage des territoires et influencent la métropolisation. Leur action est soutenue, voire légitimée, par la revendication d’une « groupalité », mouvement identitaire de plus en plus présent dans l’archipel.

Nous mobilisons la géographie, la sociologie urbaine et l’urbanisme pour interpréter ce processus dual. C’est pourquoi nous l’auscultons dans une démarche d’étude comparative. Le choix se porte en premier lieu sur Kigali, la capitale du Rwanda. La ville a une récente histoire hégémonique opposant un groupe à un autre comme dans tout l’ensemble du pays. La ville connait un développement urbain émergeant, disent les Nations-Unies via son organe ONU-HABITAT. Nous choisissons en second lieu Mamoudzou, chef-lieu de Mayotte, le cent-unième département de la France, un territoire ultrapériphérique de l’Europe situé dans l’archipel des Comores. L’île formait jusqu’en 1975, une seule entité avec le reste de l’archipel et une fois dans l’histoire coloniale avec Madagascar. La ville connait un phénomène dual avec l’envahissement massif d’une population issue des autres îles indépendantes. 

La méthodologie est alors plurielle : historique pour analyser le mouvement dans le temps de ces trois villes à partir de la période coloniale jusqu’à leurs développements les plus récents en caractérisant les ruptures temporelles et spatiales qui donnent leurs identités actuelles ; géographique pour cartographier le processus d’expansion et ses caractéristiques ; qualitative au travers d’entretiens pour restituer les stratégies des institutions et des groupes afin de comprendre les réalités sociologiques vécues.

En un mot, nous étudions le comportement de la gouvernance de chaque ville pour identifier les acteurs et les groupes sociaux de/dans la métropolisation afin de comprendre son organisation voire les relations et les influences qu’ils entretiennent et qui perfusent la fabrique, le maintien ou la disparition de la dualité socio-spatiale et socio-économique dans les métropoles en Afrique francophone.

La thèse s’inscrit dans le triple champ de la géographie, de la sociologie urbaine et de l’urbanisme dans une approche

  •        Historico-géographique
  •        Ethnographique
  •        Géopolitique

Nous allons analyser le mouvement dans le temps à partir de la période coloniale jusqu’à leurs développements les plus récents en caractérisant les ruptures temporelles et spatiales qui donnent leurs identités actuelles ; cartographier le processus de leurs expansions et ses caractéristiques ; qualitatives au travers d’entretiens pour restituer les stratégies des acteurs métropolitains et les réalités duales vécues

PROFESSION, ARCHITECTURE, VILLE, ENVIRONNEMENT | ENSAP Bordeaux | Centre Emile Durkheim

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search